Internet et smartphones au service des vacances

mardi 21 juin 2011 15h17
 

PARIS (Reuters) - Les nouvelles technologies, notamment en matière de téléphonie mobile, continuent de révolutionner l'organisation des vacances des Européens, estiment les spécialistes du secteur.

Selon une étude Ipsos pour Europ Assistance publiée le mois dernier, les Européens s'organisent de plus en plus via internet pour préparer leurs vacances, avec 57% d'entre eux déclarant réserver surtout par la toile.

C'est une progression ininterrompue depuis 2005 où seulement 28% des Européens l'utilisaient.

Les Britanniques restent les plus "technophiles" : 71% d'entre eux réservent leurs vacances par ce canal.

"Le e-commerce se développe énormément mais même lorsqu'ils réservent dans une agence de voyages traditionnelle, les clients vont d'abord sur internet chercher de l'information. Il y a un vrai défi au niveau des contenus", a expliqué à Reuters Christian Mantei, directeur général d'Atout France, agence de développement touristique de la France.

"Avant le choix d'une destination, l'internaute cherche des conseils, des informations précises à la fois sur les prestations comme les loisirs, les évènements, et pour trouver des solutions d'hébergement et de transport".

Une tendance constatée par voyages-sncf.com, site du groupe SNCF consulté en 2010 par 70% des internautes français, qui y achètent en moyenne entre 150.000 et 200.000 billets de train par jour.

Un record de 300 millions a été atteint en mai, en raison notamment la tendance actuelle à prendre ses vacances en France, pour des raisons budgétaires en raison de la crise et liées aux troubles récents en Afrique du Nord.

Yves Tyrode, nouveau directeur général du site, y voit aussi une conséquence de l'ouverture des réservations de billets quatre mois à l'avance, contre trois auparavant.   Suite...

 
<p>Selon une &eacute;tude Ipsos pour Europ Assistance publi&eacute;e le mois dernier, les Europ&eacute;ens s'organisent de plus en plus via internet pour pr&eacute;parer leurs vacances, avec 57% d'entre eux d&eacute;clarant r&eacute;server surtout par la toile. /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch</p>