La course pour la licence 4G est ouverte

mercredi 15 juin 2011 09h21
 

PARIS (Reuters) - L'Arcep, le régulateur français des télécoms, a annoncé mercredi l'ouverture officielle des enchères pour les licences de téléphonie mobile de quatrième génération (4G), dont l'Etat avait déjà fait savoir qu'il attendait un prix minimal de 2,5 milliards d'euros.

Le dépôt des dossiers, qui est rendu possible après la publication au Journal officiel de l'appel à candidatures, s'étalera jusqu'à la date limite du 15 septembre 2011 pour la bande de 2,6 GHz et jusqu'au 15 décembre pour la bande de 800 MHz.

Les conditions d'attribution des licences avaient déjà été annoncées à la mi-mai par l'Arcep et le ministre de l'Industrie et du numérique Eric Besson, la facture ayant alors été jugée plus salée qu'anticipé pour les opérateurs télécoms, pour des obligations de couverture du territoire ambitieuses.

Des acteurs du secteur et des spécialistes s'étaient alors inquiétés que l'Etat ne mise sur ces enchères uniquement pour renflouer ses caisses, au détriment des opérateurs télécoms plus petits, qui sont moins riches.

L'Etat a fixé à 1,8 milliard d'euros le plancher pour les fréquences dans la bande de 800 MHz et à 700 millions pour la bande de 2,6 GHz, jugée de moins bonne qualité.

L'attribution des fréquences se fera en deux temps, a précisé l'Arcep dans un communiqué. Elle aura lieu à l'automne 2011 pour la bande dite "haute" de 2,6 GHz, puis début 2012 pour la bande de 800 MHz, quant à elle dite "d'or" et jugée de qualité supérieure par les spécialistes.

Actuellement, quatre opérateurs disposent d'une licence mobile de génération précédente, en 3G : France Télécom, SFR, Bouygues Telecom et depuis peu Iliad. Ils sont tous potentiellement candidats pour la nouvelle génération de fréquences.

La technologie 4G, qui doit permettre des débits plus rapides sur les réseaux de téléphonie mobile, à l'heure où de nouveaux usages comme la vidéo sur les smartphones font exploser le trafic de données, est jugée déterminante dans le paysage concurrentiel des télécoms français.

Marie Mawad, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>L'Arcep, le r&eacute;gulateur fran&ccedil;ais des t&eacute;l&eacute;coms, a annonc&eacute; mercredi l'ouverture officielle des ench&egrave;res pour les licences de t&eacute;l&eacute;phonie mobile de quatri&egrave;me g&eacute;n&eacute;ration (4G), dont l'Etat avait d&eacute;j&agrave; fait savoir qu'il attendait un prix minimal de 2,5 milliards d'euros. Quatre op&eacute;rateurs disposent actuellement d'une licence mobile 3G - France T&eacute;l&eacute;com, SFR, Bouygues Telecom et depuis peu Iliad - et sont tous potentiellement candidats pour la nouvelle g&eacute;n&eacute;ration de fr&eacute;quences. /Photo prise le 28 f&eacute;vrier 2011/ REUTERS/Tobias Schwarz</p>