Capgemini négocie l'achat de Prosodie

mardi 14 juin 2011 10h01
 

par Marie Mawad

PARIS (Reuters) - La société de services informatiques Capgemini a annoncé mardi être en négociations exclusives pour racheter Prosodie et s'attendre à ce que la forte rentabilité de ce spécialiste des transactions entre entreprises fasse progresser son bénéfice net par action de 3% en 2011 et de 4% en 2012.

L'acquisition de Prosodie, dont l'actionnaire principal est le fonds Apax Partners, se fera sur la base d'une valeur d'entreprise de 382 millions d'euros, soit 2,2 fois le chiffre d'affaires de la cible et 14,5 fois son résultat d'exploitation courant.

L'opération est jugée chère payée par des analystes, qui estiment néanmoins que le prix se justifie par le fort différentiel de rentabilité entre Capgemini et sa cible et la possibilité pour la SSII d'atteindre des marges supérieures grâce au rachat de Prosodie.

"Le prix s'explique d'abord par le fait que Prosodie dégage une grande rentabilité, (...) a connu une croissance organique régulière et a bien traversé la crise", a déclaré Paul Hermelin, le directeur général de Capgemini, lors d'une conférence téléphonique.

Prosodie affichait en 2010 une marge d'exploitation courante de plus de 15%, à comparer avec une marge opérationnelle de 6,8% pour Capgemini, valorisé quant à lui à 0,55 fois ses ventes et à 7,2 fois son Ebitda 2010, en termes de valeur d'entreprise.

La petite entreprise française avait été retirée de la Bourse fin 2007 par Apax et ses dirigeants, sur la base d'une valeur d'entreprise de 188 millions d'euros.

A 9h45, l'action Capgemini gagnait 1,64% à 38,035 euros et figurait en tête des hausses du CAC 40.

D'AUTRES ACQUISITIONS DÈS CET ÉTÉ   Suite...

 
<p>Paul Hermelin, directeur g&eacute;n&eacute;ral de Capgemini. La soci&eacute;t&eacute; de services informatiques est en n&eacute;gociations exclusives pour racheter Prosodie. Elle s'attend &agrave; ce que la forte rentabilit&eacute; de ce sp&eacute;cialiste des transactions entre entreprises fasse progresser son b&eacute;n&eacute;fice net par action de 3% en 2011 et de 4% en 2012./Photo d'archives/REUTERS/Mal Langsdon</p>