Lutter contre les cyberattaques passe par une alliance mondiale

lundi 13 juin 2011 16h48
 

par Peter Apps

LONDRES (Reuters) - Les gouvernements, entreprises et institutions internationales sont en train de perdre la bataille contre les cyberattaques et devraient unir leurs forces s'ils veulent la gagner, préviennent des experts.

Tout comme Sony et Google, le Fonds monétaire international (FMI) figure désormais sur la longue liste des victimes de hackers mais il est difficile d'identifier des responsables qui ont régulièrement une longueur d'avance technologique.

"C'est un exemple de la technologie qui progresse plus vite que les structures et parfois que les règles mises en place", a déclaré Paul Polman, directeur général d'Unilever en marge du Forum économique mondial à Djakarta.

Les experts en sécurité informatique estiment que l'union du secteur public et du secteur privé, associée à une plus grande régulation au niveau international, est le seul moyen de combattre cette menace.

"Clairement, nous sommes en train de perdre la bataille", a affirmé Vijay Mukhi, l'un des meilleurs spécialistes indiens en matière de sécurité informatique. "Nous ne faisons pas assez (...) Cela requiert une coopération à l'échelle mondiale", a-t-il ajouté.

Début juin, Google a déclaré que des hackers sans doute chinois avaient piraté des comptes gmail de hauts responsables et de militants.

De son côté, Sony a été victime d'une vague d'attaques informatiques aboutissant notamment aux vols des données personnelles de millions d'utilisateurs du groupe. Lockheed Martin et Citi ont également révélé avoir été victimes de tentatives de vols de données.

La gravité de ces attaques a contribué à démolir un mur du silence, les entreprises n'étant pas portées jusqu'alors à se vanter d'avoir été victime de hackers. Les sociétés, les administrations et les gouvernements réalisent dorénavant qu'ils doivent lutter ensemble.   Suite...

 
<p>Les gouvernements, entreprises et institutions internationales sont en train de perdre la bataille contre les cyberattaques et devraient unir leurs forces s'ils veulent la gagner, pr&eacute;viennent des experts. Tout comme Sony et Google, le Fonds mon&eacute;taire international (FMI) figure d&eacute;sormais sur la longue liste des victimes de hackers mais il est difficile d'identifier des responsables qui ont r&eacute;guli&egrave;rement une longueur d'avance technologique. /Photo d'archives/REUTERS/Catherine Benson</p>