Le PDG d'Altran évincé par les actionnaires

vendredi 10 juin 2011 20h56
 

par Gwénaelle Barzic

PARIS (Reuters) - Yves de Chaisemartin a perdu vendredi la direction d'Altran, le conseil d'administration de la société de conseil en technologies ayant désigné Philippe Salle pour le remplacer.

Le sort de l'ancien patron était scellé depuis le vote de l'assemblée générale des actionnaires en fin de matinée, ces derniers s'étant rangés aux côtés d'Altrafin Participations, la holding contrôlée par Apax Partners, qui réclamait son départ.

Au terme de débats houleux, ils ont voté en faveur de l'élection au conseil d'administration de deux nouveaux représentants d'Altrafin Participations, Philippe Salle et Monique Cohen, rejetant la nomination de trois administrateurs indépendants, proposée par Yves de Chaisemartin.

"Les jeux sont faits", avait déjà reconnu à l'issue du vote de l'assemblée générale Yves de Chaisemartin, qui avait refusé de céder aux appels à la démission d'Altrafin.

L'issue du conseil d'administration ne faisait aucun doute, Altrafin, qui a le soutien des représentants des deux fondateurs de la société au conseil, disposant désormais de six voix sur dix, contre quatre sur huit dans la précédente configuration.

Le nouveau PDG Philippe Salle a quant à lui indiqué dans une interview à Reuters qu'il se fixait pour objectif d'élaborer une première ébauche de plan stratégique pour la société de conseil en technologies d'ici à fin septembre.

VERDICT SANS APPEL

Le verdict des actionnaires a été sans appel contrairement à ce qu'auraient pu laisser penser les applaudissements pour Yves de Chaisemartin dans la salle : Philippe Salle et Monique Cohen ont été élus respectivement avec 91,52% et 83,42% des voix.   Suite...

 
<p>Yves de Chaisemartin devrait perdre la direction d'Altran, les actionnaires de la soci&eacute;t&eacute; de conseil en technologie s'&eacute;tant rang&eacute;s aux c&ocirc;t&eacute;s du premier actionnaire, Altrafin Participations, qui r&eacute;clame son d&eacute;part. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults</p>