EA et Activision soutiennent la Wii U de Nintendo

jeudi 9 juin 2011 12h59
 

par Liana B. Baker

LOS ANGELES (Reuters) - Electronic Arts et Activision Blizzard ont apporté leur soutien cette semaine à la nouvelle console Wii U de Nintendo, une initiative surprenante après des années de relations houleuses entre les deux premiers éditeurs de jeux vidéo et la firme japonaise.

Les dirigeants des deux groupes ont indiqué à Reuters cette semaine, lors du salon du jeu vidéo E3 de Los Angeles, que la Wii U, dévoilée mardi en Californie, représentait un levier de croissance dans un marché des jeux très concurrentiel.

Jusqu'ici les éditeurs se sont abstenus de produire trop de titres destinés aux machines de Nintendo, le groupe japonais ayant tendance à promouvoir ses propres jeux par leur intermédiaire.

Avec sa nouvelle console, Nintendo a également levé un obstacle technique. Contrairement à la version initiale de la Wii, la Wii U permet d'afficher des graphismes haute définition, un élément jugé crucial pour tirer le meilleur parti des jeux de tirs en vue subjective, par exemple.

SANS PRÉCÉDENT

Autre nouveauté accueillie favorablement: l'écran tactile (6,2 pouces, soit 15,74 cm) qui équipe désormais la manette à détection de mouvement et permet soit d'afficher les mêmes images que celles diffusées sur l'écran de télévision, soit de proposer au joueur des informations supplémentaires.

"Ce second écran nous offre tellement d'opportunités en termes de possibilités de jeu. C'est époustouflant", a déclaré John Riccitiello, directeur général d'Electronic Arts.

Il a notamment souligné l'intérêt de disposer d'un "écran privé" en plus de l"'écran public" dans le cadre d'une partie multi-joueurs.   Suite...

 
<p>D&eacute;monstration de la nouvelle console Wii U de Nintendo, dont la manette est dot&eacute;e d'un &eacute;cran tactile. Electronic Arts et Activision Blizzard ont apport&eacute; leur soutien cette semaine &agrave; la nouvelle console Wii U de Nintendo, une initiative surprenante apr&egrave;s des ann&eacute;es de relations houleuses entre les deux premiers &eacute;diteurs de jeux vid&eacute;o et la firme japonaise. /Photo prise le 7 juin 2011/REUTERS/Mario Anzuoni</p>