Twitter et Facebook "interdits" d'antenne en France

mardi 7 juin 2011 12h32
 

PARIS (Reuters) - Radios et télévisions françaises ne pourront plus inviter leurs auditeurs et téléspectateurs à consulter leurs pages Facebook ou Twitter, une pratique assimilée à de la publicité clandestine.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) cite une loi de 1992 régissant les relations entre journalistes et publicitaires ou sponsors pour estimer que toute référence à ces marques doit être prohibée, conseillant aux médias de renvoyer vers leurs réseaux sociaux, un terme générique.

"Vous ne pouvez pas dire 'retrouvez-nous sur Facebook' ou 'retrouvez-nous sur Twitter'", a déclaré à Reuters Christine Kelly, membre du CSA et ancienne journaliste. "En revanche, on a conseillé de dire 'retrouvez-nous sur les réseaux sociaux'. Parce que Facebook, Twitter, ce sont des marques commerciales et il y a d'autres réseaux sociaux."

L'irruption de ces réseaux dans les médias a été illustrée récemment par l'arrestation à New York de Dominique Strauss-Kahn pour tentative de viol, annoncée d'abord sur Twitter, et par l'arrivée du mot "tweet" dans le Petit Robert.

"Ça ne change strictement rien pour nous parce que le mot Coca-Cola y et aussi", a dit Christine Kelly, qui indique que les radios et les chaînes de télévision qui enfreindraient la loi s'exposeraient à des sanctions financières qui peuvent aller jusqu'à 3% du chiffre d'affaires.

"Il y a plein de règles comme ça à respecter en France et c'est ça qui fait la grande différence entre la France et les Etats-Unis par exemple", a-t-elle ajouté.

Le CSA avait déjà mis en demeure les télévisions françaises de ne pas diffuser les images de Dominique Strauss-Kahn menotté dans les jours qui ont suivi son arrestation le 14 mai.

Brian Love, édité par Yves Clarisse