Les fabricants de jeux vidéo à la recherche d'un nouveau souffle

lundi 6 juin 2011 18h21
 

par Liana B. Baker

NEW YORK (Reuters) - Le salon mondial du jeu vidéo E3 s'ouvre mardi à Los Angeles sur fond de crise pour les acteurs traditionnels, confrontés à concurrence des jeux en ligne et sur mobile.

Nintendo, Microsoft et Sony, les trois principaux fabricants de consoles de jeux vidéo, doivent désormais faire face à la concurrence des fabricants des smartphones, des boutiques en ligne comme l'AppStore d'Apple ou l'Android Market de Google, ainsi que des réseaux sociaux tels que Facebook.

Selon Heiko Hubertz, le fondateur de Bigpoint, une société de jeux vidéo en ligne, les tablettes numériques pourraient même remplacer dans les prochaines années les consoles de salon et devenir le principal moteur de l'industrie, y compris pour le jeu vidéo à la maison.

La firme compte 200 millions d'utilisateurs enregistrés qui peuvent jouer sans avoir besoin d'une console, simplement à partir d'un navigateur internet et d'une connexion haut débit.

"Le jeu multi plateforme est l'une des grandes tendances du secteur", observe Heiko Hubertz, expliquant que les joueurs peuvent non seulement accéder à leur titre favori à la maison mais aussi jouer dans le bus, à l'école ou n'importe où.

D'après le cabinet d'études ABI Research, les ventes de jeux vidéo en ligne vont dépasser les 20 milliards de dollars en 2012 et leur croissance se fera au détriment des ventes des acteurs traditionnels.

DFC Intelligence évalue à 18 milliards de dollars cette année le chiffre d'affaires généré par les jeux vidéo en ligne et en téléchargement, en hausse de 15% par rapport à 2010.

NOUVELLE CONSOLE   Suite...

 
<p>La console NGP dont Sony devrait donner le prix et la date de lancement lors du salon mondial du jeu vid&eacute;o E3 qui s'ouvre mardi &agrave; Los Angeles. Les trois principaux fabricants de consoles Nintendo, Microsoft et Sony, font face &agrave; la concurrence des fabricants des smartphones, des boutiques en ligne comme l'AppStore d'Apple ou l'Android Market de Google, ainsi que des r&eacute;seaux sociaux tels que Facebook. /Photo prise le 27 janvier 2011/REUTERS/Kim Kyung-Hoon</p>