1 juin 2011 / 16:57 / dans 6 ans

France Télécom étudie des collaborations avec des géants du web

<p>Le PDG de France T&eacute;l&eacute;com, St&eacute;phane Richard. Le groupe voit des possibilit&eacute;s de collaborations in&eacute;dites avec Google et d'autres acteurs de l'internet et dit percevoir de leur part une ouverture pour discuter de nouveaux mod&egrave;les &eacute;conomiques. /Photo d'archives/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>

PARIS (Reuters) - France Télécom voit des possibilités de collaborations inédites avec Google et d‘autres acteurs de l‘internet et dit percevoir de leur part une ouverture pour discuter de nouveaux modèles économiques, a déclaré mercredi son PDG, Stéphane Richard.

Le dirigeant du groupe français avait fait savoir mardi, lors d‘une journée investisseurs, que des annonces pourraient avoir lieu ces prochaines semaines concernant des collaborations avec des acteurs de la Silicon Valley.

Stéphane Richard a dit mercredi avoir discuté avec le moteur de recherche Google d‘une segmentation plus poussée de l‘accès aux réseaux télécoms, en faisant payer plus cher aux usagers qui veulent un meilleur service : une connexion plus stable, plus rapide ou prioritaire.

Dans un tel cadre, l‘opérateur et le géant américain pourraient se partager les revenus supplémentaires issus d‘une différenciation supplémentaire du service, a expliqué le PDG.

“Larry Page m‘a dit qu‘ils étaient ouverts d‘esprit sur ce sujet et prêts à ouvrir des discussions”, a déclaré mercredi Stéphane Richard, citant le co-fondateur de Google.

France Télécom a, tout comme ses concurrents, été confronté ces dernières années à une explosion du trafic sur son réseau mobile, lié à la généralisation des smartphones et à la popularité croissante de nouveaux usages comme la vidéo et l‘internet sur les portables.

Cette hausse exponentielle du trafic de données, quoiqu‘elle ait généré des revenus supplémentaires, ne s‘est pas accompagnée d‘une envolée proportionnelle des revenus.

NOUVEAUX MODÈLES ÉCONOMIQUES

L‘investissement nécessaire dans les réseaux a ainsi poussé les opérateurs télécoms à rechercher de nouveaux modèles économiques pour la ‘data’, qui rééquilibrerait les pouvoirs face aux nouveaux géants de l‘internet.

“Est-ce qu‘ils vont payer pour investir à nos côtés dans les capacités de réseau ? Non. Mais si la question est de savoir s‘ils sont prêts à collaborer avec nous pour développer des usages plus intelligents du réseau ainsi que pour éduquer les consommateurs, alors oui”, a résumé Stéphane Richard.

“J‘ai trouvé chez Google des gens qui étaient prêts à retravailler leurs algorithmes pour tenir compte des implications en terme d‘utilisation des capacités de réseau”, a-t-il poursuivi.

Il a expliqué que le moteur de recherche étudiait également la possibilité d‘inclure dans ses applications Android des outils de mesure qui permettraient aux usagers de surveiller leur consommation de données et des conseils pour la maîtriser.

“Nous avons décidé de créer des ateliers communs pour voir si on peut contribuer aux services futurs de Google pour réduire leur consommation sur le réseau”, a ajouté Stéphane Richard.

Le PDG de France Télécom, d‘autres patrons d‘opérateurs télécoms, ainsi que les têtes d‘affiche de l‘internet, comme Facebook ou Twitter, étaient réunis la semaine dernière dans le cadre d‘un e-G8, pour aborder notamment les nouveaux enjeux économiques du web.

Marie Mawad, édité par Gwénaelle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below