1 juin 2011 / 10:51 / dans 6 ans

Google a tenté sans succès une alliance avec Facebook

<p>Eric Schmidt, qui occupait le poste de directeur g&eacute;n&eacute;ral de Google jusqu'en avril, a avou&eacute; mardi avoir tent&eacute; sans succ&egrave;s de collaborer avec Facebook, dans l'espoir de s'adapter &agrave; un environnement changeant et de tenter de pr&eacute;server la croissance du premier moteur de recherche sur internet. /Photo d'archives/REUTERS/Baz Ratner</p>

par Alexei Oreskovic et Sarah McBride

PALOS VERDES/SAN FRANCISCO, Californie (Reuters) - Google a avoué mardi avoir tenté sans succès de collaborer avec Facebook, dans l‘espoir de s‘adapter à un environnement changeant et de tenter de préserver sa croissance.

Le président du géant de l‘internet Eric Schmidt a déclaré que le réseau social avait repoussé les avances de Google en vue d‘une alliance.

Eric Schmidt, qui s‘exprimait lors de la conférence D9 organisée par le blog AllThingsD, a reconnu ne pas avoir été suffisamment persévérant lors de son mandat de directeur général, poste qu‘il occupait jusqu‘en avril, pour faire face à la menace croissante que représentait Facebook.

“Il y a trois ans, j‘ai écrit des mémos au sujet de cette problématique générale. Je savais que je devais faire quelque chose mais j‘ai échoué sur ce point”, a déclaré Eric Schmidt. “Un PDG doit assumer ses responsabilités, a-t-il dit. J‘ai raté mon coup.”

Il n‘a pas précisé le type d‘accord qu‘il avait tenté de conclure avec Facebook, se contentant de souligner que la recherche de Google aurait pu être améliorée grâce aux masses de données concernant les internautes gérées par le réseau social.

“Nous avons vraiment essayé d’établir un partenariat avec Facebook”, a noté Eric Schmidt mais “ils n’étaient pas vraiment disposés à un tel accord”.

RELANCER LA CROISSANCE

Au cours de son allocution, Eric Schmidt a donné un aperçu des stratégies mises en oeuvre par la firme de Palo Alto pour relancer sa croissance.

Il a notamment présenté un nouveau service en ligne de bons de réduction, qui devait être lancé ce mercredi à Portland, dans l‘Oregon et devrait permettre au groupe californien de rivaliser avec le spécialiste des achats groupés en ligne à prix réduits Groupon.

Il a également précisé que Google dévoilerait bientôt une liste de milliers de commerçants utilisant le système de paiement par mobile qu‘il a présenté la semaine dernière et qui permet à ses utilisateurs de présenter leur téléphone à la place de leur carte bancaire lors de leur passage en caisse.

Google, qui a enregistré un chiffre d‘affaires brut d‘environ 29 milliards de dollars (20,1 milliards d‘euros) l‘an dernier, reste le premier moteur de recherche mondial. Mais il subit de plein fouet la concurrence de groupes tels que Facebook ou Groupon sur la publicité en ligne, qui constitue le coeur de son activité.

Le groupe a élargi ces dernières années son champ d‘activité au-delà de la recherche internet, investissant les domaines de la téléphonie et de la télévision, des logiciels en ligne et même des livres électroniques.

Il a notamment fait de son système d‘exploitation mobile Android le numéro un du marché en moins de trois ans.

Mais les investisseurs se montrent de plus en plus impatients de voir fleurir à nouveau ce genre d‘initiatives et s‘inquiètent de voir le nouveau directeur général Larry Page dépenser sans compter et affecter les marges.

Myriam Rivet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below