Enquête de la CE sur les fusions dans le secteur du disque dur

lundi 30 mai 2011 18h57
 

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête approfondie sur le comportement de quatre spécialistes de l'électronique, accusés de former des partenariats qui assécheraient la concurrence.

L'américain Seagate Technology a fait part de sa volonté de racheter pour 1,4 milliard de dollars les activités du sud-coréen Samsung Electronics dans les disques durs tandis que Western Digital entend faire de même avec celles du japonais Hitachi pour 4,3 milliards de dollars.

La Commission, chargée de faire respecter les règles de la concurrence au sein de l'Union européenne, s'intéresse de près à ces deux accords.

"Les disques durs sont la colonne vertébrale de l'économie électronique. Le secteur a déjà fait l'objet d'une phase de consolidation significative et les acquisitions envisagées vont réduire davantage la concurrence", a déclaré le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia dans un communiqué.

L'autorité exécutive européenne juge que l'accord conclu entre Seagate et Samsung Electronics renforcerait la mainmise américaine sur le secteur du disque dur, ne laissant que deux autres concurrents, Western Digital et Hitachi.

Or, l'américain entend lui aussi racheter les activités du japonais. Selon le décompte effectué par la Commission, il ne resterait ainsi qu'un seul acteur sur la scène du disque dur pour ordinateurs et deux sur celui du disque dur pour téléphones mobiles.

La Commission fera savoir d'ici le 10 octobre si elle autorise ou si elle bloque les deux accords.

Foo Yun Chee, Nicolas Delame pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

 
<p>La Commission europ&eacute;enne va ouvrir une enqu&ecirc;te approfondie sur le comportement de quatre sp&eacute;cialistes de l'&eacute;lectronique (Seagate, Samsung Electronics, Western Digital et Hitachi), accus&eacute;s de former des partenariats dans le disque dur qui ass&eacute;cheraient la concurrence. /Photo prise le 18 avril 2011/REUTERS/Truth Leem</p>