L'e-G8 lancé, l'Etat tend la main aux géants du web

mardi 24 mai 2011 21h14
 

par Gwénaëlle Barzic et Marie Mawad

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a appelé mardi au dialogue entre les acteurs de l'internet et les Etats en vue de définir des règles communes pour encadrer la "révolution" du web sans en brider le développement, dans le cadre d'un e-G8 dont les conclusions s'annoncent toutefois vagues.

Ce forum consacré au numérique, qui doit formuler des recommandations pour le G8 de Deauville, préconisera d'adopter une approche internationale pour protéger les données privées, mais laissera l'épineuse question du droit d'auteur largement à l'initiative des gouvernements nationaux, selon la version préliminaire du communiqué de clôture.

"Le document final n'a pas besoin d'être un document consensuel. Il peut présenter des contradictions. Il pourra présenter des désaccords", a déclaré Maurice Lévy, président du directoire de Publicis et organisateur de l'événement.

Lors de l'e-G8, qui réunit mardi et mercredi des chefs d'entreprise emblématiques du monde du web, de Facebook à Google ou Twitter, le président français Nicolas Sarkozy a adopté un ton conciliant, tranchant avec de précédentes déclarations sur la nécessité de "civiliser" internet.

"Nous avons besoin de comprendre vos attentes vos aspirations, vos besoins. Et vous avez besoin d'entendre nos limites, nos lignes rouges", a-t-il expliqué, citant la protection des enfants, la lutte contre le terrorisme ou encore la propriété intellectuelle parmi les thèmes à aborder.

PAS DE MESURES CONCRÈTES EN VUE

Conscient des craintes suscitées par l'initiative française d'inscrire internet au menu du G8, Nicolas Sarkozy a insisté sur le fait que son intention n'était pas de nuire à la croissance d'un des secteurs les plus dynamiques de l'économie mondiale.

"Vous avez changé le monde au même titre que Colomb et Galilée", a-t-il lancé à l'assistance. Mais les acteurs de l'internet doivent comprendre qu'ils ne peuvent s'affranchir "de valeurs minimum, de règles minimum", a-t-il nuancé.   Suite...

 
<p>Ouvrant &agrave; Paris les travaux d'un "e-G8" rassemblant la quasi-totalit&eacute; des groupes embl&eacute;matiques de l'internet, Nicolas Sarkozy a lanc&eacute; mardi un appel &agrave; un dialogue entre les Etats et les acteurs de l'internet pour d&eacute;finir un "socle commun" de r&egrave;gles qui ne brident pas pour autant le d&eacute;veloppement du secteur. /Photo prise le 24 mai 2011/REUTERS/Lionel Bonaventure/Pool</p>