23 mai 2011 / 10:54 / dans 6 ans

Un e-G8 pour réconcilier la France avec internet

<p>Mark Zuckerbeg, fondateur de Facebook, dont la pr&eacute;sence est annonc&eacute;e &agrave; Paris pour l'e-G8, qui r&eacute;unira &agrave; Paris mardi et mercredi des chefs d'entreprise embl&eacute;matiques du monde du web. /Photo d'archives/REUTERS/Norbert von der Groeben</p>

Gwénaelle Barzic et Marie Mawad

PARIS (Reuters) - L‘e-G8 réunira à Paris mardi et mercredi des chefs d‘entreprise emblématiques du monde du web, sur fond de redistribution des cartes ces dernières années au profit de nouveaux géants de l‘internet, nés essentiellement outre-Atlantique.

La France, dont l‘image est historiquement celle d‘un régulateur dans la “jungle” de l‘internet, espère redorer son blason en accueillant des têtes d‘affiche comme Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, ainsi que Google et Twitter.

Ils seront réunis dans les jardins des Tuileries aux côtés de grands noms de la vente en ligne et de patrons d‘opérateurs télécoms comme Orange ou Telecom Italia.

Inédite, l‘inscription d‘internet au menu du G8, à l‘initiative de Nicolas Sarkozy, a toutefois fait l‘objet d‘hésitations. Les précédentes initiatives du gouvernement français, tel le dispositif légal de lutte contre le piratage Hadopi, tranchaient avec l‘effervescence désordonnée dont le web s‘est nourri ces dernières années.

“Au début les Américains étaient réticents”, explique une source proche de la présidence française du G8, Washington redoutant qu‘internet ne soit soumis à la même réflexion réglementaire que celle, par exemple, sur les marchés financiers.

Des acteurs européens ont exprimé les mêmes craintes. Pour dénoncer la tentation des gouvernements d‘exercer un contrôle accru sur internet, plusieurs associations dont les Français de la Quadrature du net ont créé un site internet intitulé “G8 vs Internet”.

RECOMMANDATIONS POUR LE G8 DE DEAUVILLE

Les Etats-Unis sont quant à eux perçus davantage comme ayant su créer un écosystème favorisant l‘innovation.

“Pourquoi l‘innovation est-elle toujours proche d‘autres innovations ? Parce que ça déteint. Il y a de l‘innovation parce qu‘il y a un écosystème qui l‘inspire”, explique Ben Verwaayen, le directeur général d‘Alcatel-Lucent, qui souligne la faiblesse de l‘Europe dans ce domaine.

Selon une étude réalisée par le cabinet McKinsey, la France se trouve en milieu de peloton par rapport à ses homologues du G8 en ce qui concerne la place d‘internet dans son économie. Les activités de la filière numérique ont ainsi contribué à hauteur de 3,2% au Produit intérieur brut (PIB) français en 2009, contre 6,3% pour le meilleur élève, la Suède ou encore 3,8% pour les Etats-Unis.

Organisé autour du thème de la contribution d‘internet à la croissance économique, en amont du sommet de G8 de Deauville de jeudi et vendredi, le forum doit permettre de formuler des recommandations qui seront ensuite présentées aux chefs d‘Etat et de gouvernement des huit pays les plus industrialisés de la planète.

L‘accent étant volontairement mis sur les enjeux économiques, d‘autres sujets comme l‘impact d‘internet et des réseaux sociaux sur la société sont relégués au second plan en dépit de leur rôle majeur dans les soulèvements du printemps arabe.

“Pour moi, c‘est le G8, donc ce n‘est pas pour réunir un groupe de personnes dans la techno qui parlent une langue étrange. Il s‘agit de construire une économie digitale”, estimait jeudi dernier Ben Verwaayen lors du sommet Reuters des technologies.

INNOVATION ET DONNÉES PRIVÉES

Des séances seront ainsi dédiées à “internet et la croissance économique”, “réinventer les métiers traditionnels” ou encore “L’économie de la culture à l’ère du numérique”.

Dans un secteur où de nouveaux géants comme Google ou Facebook, se sont imposés en seulement quelques années, les acteurs historiques estiment aussi qu‘il faut rééquilibrer les pouvoirs.

La popularité de la vidéo sur internet a par exemple permis à YouTube d’émerger, récoltant des audiences parfois supérieures à celles des plus grandes chaînes de télévision. Mais, pour les opérateurs télécoms, cette nouvelle tendance s‘est manifestée par une explosion du trafic de données, notamment sur les réseaux mobiles, qui ne s‘est pas forcément traduite dans les revenus.

Le forum sera également l‘occasion de se demander à qui revient la responsabilité d‘assurer la protection des données privées, aujourd‘hui majoritairement récoltées et stockées par des entreprises privées.

“La sécurité est un réel problème, le droit d‘auteur est un réel problème, la protection des données privées aussi. Mais il faut éviter d‘essayer de les résoudre avec des schémas de pensées du 20e siècle”, souligne Lawrence Lessig, professeur à l‘université américaine de Stanford.

L’événement, qui réunira au total plus d‘un millier de participants, a été organisé par le groupe publicitaire Publicis qui a fait appel à des financements d‘entreprises privées, françaises et américaines.

Avec Leila Abboud, Georgina Prodhan, Emmanuel Jarry, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below