Un e-G8 pour réconcilier la France avec internet

lundi 23 mai 2011 12h49
 

Gwénaelle Barzic et Marie Mawad

PARIS (Reuters) - L'e-G8 réunira à Paris mardi et mercredi des chefs d'entreprise emblématiques du monde du web, sur fond de redistribution des cartes ces dernières années au profit de nouveaux géants de l'internet, nés essentiellement outre-Atlantique.

La France, dont l'image est historiquement celle d'un régulateur dans la "jungle" de l'internet, espère redorer son blason en accueillant des têtes d'affiche comme Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, ainsi que Google et Twitter.

Ils seront réunis dans les jardins des Tuileries aux côtés de grands noms de la vente en ligne et de patrons d'opérateurs télécoms comme Orange ou Telecom Italia.

Inédite, l'inscription d'internet au menu du G8, à l'initiative de Nicolas Sarkozy, a toutefois fait l'objet d'hésitations. Les précédentes initiatives du gouvernement français, tel le dispositif légal de lutte contre le piratage Hadopi, tranchaient avec l'effervescence désordonnée dont le web s'est nourri ces dernières années.

"Au début les Américains étaient réticents", explique une source proche de la présidence française du G8, Washington redoutant qu'internet ne soit soumis à la même réflexion réglementaire que celle, par exemple, sur les marchés financiers.

Des acteurs européens ont exprimé les mêmes craintes. Pour dénoncer la tentation des gouvernements d'exercer un contrôle accru sur internet, plusieurs associations dont les Français de la Quadrature du net ont créé un site internet intitulé "G8 vs Internet".

RECOMMANDATIONS POUR LE G8 DE DEAUVILLE

Les Etats-Unis sont quant à eux perçus davantage comme ayant su créer un écosystème favorisant l'innovation.   Suite...

 
<p>Mark Zuckerbeg, fondateur de Facebook, dont la pr&eacute;sence est annonc&eacute;e &agrave; Paris pour l'e-G8, qui r&eacute;unira &agrave; Paris mardi et mercredi des chefs d'entreprise embl&eacute;matiques du monde du web. /Photo d'archives/REUTERS/Norbert von der Groeben</p>