Ubisoft anticipe une forte hausse de sa rentabilité

jeudi 12 mai 2011 18h57
 

PARIS (Reuters) - Ubisoft a annoncé jeudi tabler sur une nette amélioration de sa rentabilité cette année, en dépit du ralentissement attendu de sa croissance, après avoir mené en 2010-2011 des restructurations et abandonné certains projets.

L'éditeur français de jeux vidéo a publié une perte nette de 52,1 millions d'euros pour son exercice clos fin mars, affectée notamment par des charges de réorganisation non-récurrentes de 96 millions.

Dépassant les objectifs annuels qu'il s'était fixés, Ubisoft a vu ses ventes progresser de 19%, à 1,04 milliard d'euros et son résultat opérationnel courant repasser dans le vert, à 29,4 millions.

"Les efforts entrepris (...) pour une plus grande productivité de notre segment haute définition combinés aux investissements sur les marchés à fort potentiel (...) nous permettent d'envisager une nouvelle croissance de nos ventes et de notre résultat opérationnel courant en 2011-12 et 2012-13", a déclaré Yves Guillemot, fondateur et PDG, dans un communiqué.

Ubisoft table pour 2011-2012 sur des ventes comprises entre 1,04 et 1,08 milliard d'euros, soit une croissance d'environ 4%, et un résultat opérationnel courant entre 40 et 60 millions.

Du fait de sorties de jeux plus rares que l'an dernier à la même période, le groupe français anticipe un premier trimestre faible, dont les ventes devraient s'élever à environ 90 millions d'euros.

Dans l'industrie des jeux vidéos, c'est surtout la fin d'année calendaire, comprenant les fêtes de Noël, qui est cruciale.

Dans le même secteur, le géant américain Electronic Arts a annoncé la semaine dernière une hausse de ses résultats trimestriels à la faveur d'une augmentation du nombre d'exemplaires vendus.

Activision, la filiale de jeux vidéo du conglomérat français Vivendi, a dopé les performances de la maison mère, lui permettant jeudi de battre le consensus.

Marie Mawad, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>Yves Guillemot, fondateur et PDG d'Ubisoft. L'&eacute;diteur fran&ccedil;ais de jeux vid&eacute;o table sur une nette am&eacute;lioration de sa rentabilit&eacute; cette ann&eacute;e, en d&eacute;pit du ralentissement attendu de sa croissance, apr&egrave;s avoir men&eacute; en 2010-2011 des restructurations et abandonn&eacute; certains projets. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>