Freescale espère 1 milliard de dollars de son retour en Bourse

mardi 10 mai 2011 12h54
 

NEW YORK (Reuters) - Freescale Semiconductor espère lever environ un milliard de dollars (695 millions d'euros) de son retour en Bourse, cinq ans après un rachat d'actions record qui l'avait lourdement endetté, et alors que l'intérêt des investisseurs grandit pour le secteur des semi-conducteurs.

Freescale - qui a annoncé en février son intention de revenir en Bourse - espère vendre 43,5 millions de titres entre 22 dollars et 24 dollars pièce, ce qui valoriserait l'entreprise à environ 5,5 milliards de dollars, d'après un document remis lundi à la Securities Exchange Commission (SEC).

Si l'opération est réalisée dans le haut de la fourchette de prix, Freescale lèverait 1,04 milliard d'euros, que l'entreprise prévoit d'utiliser pour rembourser une partie des quelque 7,6 milliards de dollars de dette qu'elle affichait à la fin du premier trimestre, au cours duquel elle a subi une perte nette de 148 millions de dollars.

L'entreprise américaine, dont les concurrents principaux sont Texas Instruments et le groupe franco-italien STMicroelectronics, produit des puces pour les voitures, les téléphones portables ou encore la liseuse électronique Kindle d'Amazon.com.

L'annonce de son retour en Bourse intervient alors que le marché plus large des semi-conducteurs, malmené pendant la récession, est désormais en hausse, porté par la forte demande de smartphones et de tablettes multimédias.

L'indice de Philadelphie des semi-conducteurs a gagné environ 25% depuis un an.

L'indice sectoriel européen des semi-conducteurs a grimpé de 17% ces six derniers mois.

Sinead Carew, avec Abhiram Nandakumar à Bangalore, Noel Randewich à San Francisco, Natalie Huet pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>Freescale Semiconductor esp&egrave;re lever environ un milliard de dollars (695 millions d'euros) de son retour en Bourse, cinq ans apr&egrave;s un rachat d'actions record qui l'avait lourdement endett&eacute;, et alors que l'int&eacute;r&ecirc;t des investisseurs grandit pour le secteur des semi-conducteurs. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Philippe Arles</p>