Les petits opérateurs gagnent du terrain dans le mobile

jeudi 5 mai 2011 19h01
 

PARIS (Reuters) - Les opérateurs mobiles sans réseau (MVNO) ont vu leur part de marché augmenter en début d'année pour approcher 10%, au détriment des plus grands acteurs du secteur, a annoncé jeudi l'Arcep, le régulateur français des télécoms, dans son bilan trimestriel.

Dans un marché de la téléphonie mobile où les principaux opérateurs France Télécom, SFR et Bouygues Télécom peuvent compter sur un réseau de distribution étoffé et des budgets commerciaux importants, les MVNO ont historiquement peiné à s'imposer.

Ces challengers des télécoms français ont redressé, sur un an, leur part de marché de 2,6 points auprès des particuliers, pour atteindre 9,87%, fin mars, d'un parc total de 53,3 millions de mobiles.

Cette reprise s'est faite grâce notamment au changement de taxation intervenu en début d'année sur certains contrats télécoms, qui ont libéré des clients de leurs obligations contractuelles et suscité des turbulences dans le secteur.

France Télécom a fait état mardi d'un effritement de sa rentabilité au premier trimestre, alors que des pressions concurrentielles accrues ont pesé sur sa marge et sur sa part de marché dans le mobile, qui a été ramenée à 41,6%.

Dans une conférence téléphonique avec les agences de presse, son directeur financier Gervais Pellissier a expliqué que "l'agitation du marché avec le changement de TVA a pesé sur la part de marché grand public (de France Télécom), qui s'est érodée essentiellement au profit de MVNO opérant sur le réseau Orange".

Virgin Mobile, qui est détenu à 47,5% par le groupe anglais Carphone Warehouse, est numéro un parmi les MVNO en France. Son actionnaire a indiqué jeudi que l'entité française avait recruté 161.000 nouveaux clients mobiles au cours du trimestre écoulé.

Marie Mawad, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>Selon le bilan trimestriel de l'Arcep, le r&eacute;gulateur fran&ccedil;ais des t&eacute;l&eacute;coms, les op&eacute;rateurs mobiles sans r&eacute;seau (MVNO) ont vu leur part de march&eacute; augmenter en d&eacute;but d'ann&eacute;e pour approcher 10%, au d&eacute;triment des plus grands acteurs du secteur. /Photo d'archives/REUTERS/Luke MacGregor</p>