Intel dévoile une puce équipée de transistors en 3D

jeudi 5 mai 2011 17h33
 

par Noel Randewich et Paul Sandle

SAN FRANCISCO/LONDRES (Reuters) - Intel a dévoilé mercredi soir une technologie destinée aux puces de la prochaine génération, permettant de graver plus de transistors et de consommer moins d'énergie, afin de prendre pied sur le marché des tablettes et des smartphones.

Le géant américain des microprocesseurs va commencer la production de cette puce - dont le nom de code est Ivy Bridge - d'ici la fin de l'année, la réservant dans un premier temps aux PC et aux serveurs, avant d'en équiper les appareils mobiles.

Pour parvenir à ce résultat, Intel a abandonné les circuits traditionnels et opté pour une architecture en trois dimensions utilisant des transistors baptisés "Tri-Gate" gravés en 22 nanomètres.

Selon Intel, cette puce lui permettra de rivaliser en puissance et en consommation d'énergie avec les modèles basés sur l'architecture d'ARM Holdings, qui équipent la majorité des appareils mobiles à travers le monde.

Selon les analystes, il est encore trop tôt pour se prononcer sur les chances d'Intel de bousculer ARM dans l'immédiat.

"Avec la convergence des PC, des smartphones et des tablettes, Intel cherche évidemment à sortir de son coeur de métier qui est le marché des PC. La question est: peut-il sortir un processeur suffisamment économe en énergie pour être compétitif sur le segment des mobiles ?", s'interroge Adrien Bommelaer, analyste au cabinet Matrix.

"Il propose une puce qu'il présente comme 50% plus économe en énergie que la génération précédente gravée en 32 nanomètres. Oui, c'est une grande étape dans la bonne direction".

"Mais est-ce suffisant? Je ne sais pas. Il faut savoir qu'ARM améliore également sa consommation énergétique", a-t-il ajouté.

Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>Intel a d&eacute;voil&eacute; mercredi soir une technologie destin&eacute;e aux puces de la prochaine g&eacute;n&eacute;ration, permettant de graver plus de transistors et de consommer moins d'&eacute;nergie, afin de prendre pied sur le march&eacute; des tablettes et des smartphones. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>