Sony met en cause le groupe Anonymous après les cyberattaques

jeudi 5 mai 2011 12h47
 

WASHINGTON/BOSTON (Reuters) - Sony a accusé les hackers d'Anonymous d'être indirectement à l'origine des cyberattaques au cours desquelles les données personnelles de plus de 100 millions de joueurs ont été dérobées.

D'après le géant japonais de l'électronique, son réseau de jeux vidéo a été violé au moment où il se défendait contre une attaque par déni de service du groupe Anonymous.

Une attaque par déni de service consiste à saturer le système par un trop grand nombre de requêtes de manière à le rendre inopérant.

Le portail Play Station Network (PSN) de Sony, qui compte 77 millions d'utilisateurs, a été victime d'un des plus importants vols de données jamais organisé sur internet, probablement les 16 et 17 avril dernier.

Lundi, le groupe japonais a annoncé en outre que les données personnelles associées à plus de 24,6 millions de comptes ouverts sur le réseau en ligne Sony Online Entertainment avaient été subtilisées.

"Sony a été victime d'une cyberattaque soigneusement planifiée, très professionnelle, extrêmement sophistiquée", a déclaré mercredi Kazuo Hirai, président de Sony Computer Entertainment America, dans une lettre adressée au Congrès américain.

Le vol des informations personnelles des consommateurs a incité le département américain de la Justice à ouvrir une enquête.

Diane Bartz et Jim Finkle; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

 
<p>Sony a accus&eacute; le groupe de pirates informatiques Anonymous d'&ecirc;tre indirectement &agrave; l'origine des cyberattaques au cours desquelles les donn&eacute;es personnelles de plus de 100 millions de joueurs ont &eacute;t&eacute; d&eacute;rob&eacute;es. D'apr&egrave;s le g&eacute;ant japonais de l'&eacute;lectronique, son r&eacute;seau de jeux vid&eacute;o a &eacute;t&eacute; viol&eacute; au moment o&ugrave; il se d&eacute;fendait contre une attaque par d&eacute;ni de service du groupe Anonymous. /Photo prise le 5 mai 2011/REUTERS/Kim Kyung-Hoon</p>