Succès commercial pour la Freebox Revolution d'Iliad

mercredi 4 mai 2011 11h59
 

PARIS (Reuters) - Iliad, le propriétaire de la marque Free, a annoncé mercredi que le lancement de sa nouvelle box "Revolution" lui avait permis d'attirer 38% de nouveaux abonnés au premier trimestre, un succès commercial qui fait grimper le titre en Bourse.

Le fournisseur d'accès à internet affiche 154.000 nouveaux abonnés pour Free au premier trimestre, ce qui fait passer au second plan des ventes quasiment stables en raison de l'impact négatif du changement de régime de la TVA sur les offres triple-play et de la baisse réglementaire des tarifs de terminaisons d'appels fixes.

Iliad a publié un chiffre d'affaires trimestriel de 509,8 millions d'euros, en hausse de 1,1% seulement.

L'action Iliad gagnait 2,4% à 89,27 euros à 11h44, dans une capitalisation boursière de 4,8 milliards.

"Nous pensons que la nouvelle Freebox est un avantage important et structurel sur le long terme sur le marché", a déclaré le directeur financier d'Iliad, Thomas Reynaud, lors d'une interview à Reuters.

Prié de dire si une telle performance commerciale était soutenable pour le reste de l'exercice, il s'est dit "très confiant "dans la capacité du groupe à atteindre les 25% de part de marché qu'il avait promis pour cette année.

Free, qui doit faire son entrée dans la téléphonie mobile en 2012, lancera ses premières offres dès le début de l'exercice, a-t-il confirmé.

Au niveau du groupe, Iliad a précisé dans un communiqué avoir recruté 127.000 nouveaux abonnés nets de résiliations, soit une part de marché de 32% des recrutements nets. Au 31 mars 2011, la base d'abonnés du groupe comptait 4.661.000 abonnés au haut débit.

France Télécom, qui a publié ses résultats trimestriels mardi, a fait état d'une chute de son taux de recrutement de nouveaux abonnés, à 20% du marché, contre 36% au quatrième trimestre 2010.   Suite...

 
<p>Xavier Niel, le fondateur et principal actionnaire d'Iliad. Le propri&eacute;taire de la marque Free a annonc&eacute; des ventes quasiment stables au cours d'un premier trimestre marqu&eacute; par l'impact n&eacute;gatif du changement de r&eacute;gime de la TVA sur les offres triple-play et la baisse r&eacute;glementaire des tarifs de terminaisons d'appels fixes. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen</p>