La police coréenne enquête sur la collecte de données de Google

mardi 3 mai 2011 11h04
 

SEOUL (Reuters) - La police sud-coréenne a mené mardi une perquisition dans les bureaux de Google à Séoul dans le cadre d'une enquête sur sa filiale de publicité pour mobiles AdMob, soupçonnée d'avoir recueilli illégalement des données de géolocalisation.

Cette affaire illustre une nouvelle fois le risque croissant d'utilisation abusive des données personnelles de clients, alors que le marché des smartphones et tablettes numériques explose.

En avril, Apple avait dû s'expliquer sur l'utilisation des données de localisation générées par l'iPhone et avait nié suivre les allées et venues de ses clients.

"Toute technologie a son revers. Les services basés sur la localisation profitent aux clients en les aidant à trouver les restaurants, stations-service ou autres lieux proches avec leurs smartphones", a rappelé Kim Kwang-jo, professeur d'informatique à l'Institut supérieur de sciences et technologie de Séoul.

"Mais cela pourrait constituer un viol de la vie privée du consommateur. Il y a des failles dans les services basés sur la localisation et les entreprises devraient obtenir l'accord des consommateurs pour recueillir ces données."

AdMob est soupçonné d'avoir passé outre à cette règle. "Nous soupçonnons AdMob d'avoir collecté des informations personnelles de localisation sans consentement ni accord de la Commission coréenne des communications", a dit un responsable de la police.

Un porte-parole de Google a confirmé la perquisition et assuré que la firme coopérait pleinement avec les autorités.

SÉRIE D'ENQUÊTES DANS LE MONDE

Google et Apple sont déjà dans le collimateur des parlementaires américains sur les questions de protection et d'utilisation des données personnelles obtenues à partir d'applications pour les smartphones, comme la géolocalisation.   Suite...

 
<p>Un policier quitte les bureaux de Google &agrave; S&eacute;oul en emportant des &eacute;l&eacute;ments saisis lors d'une perquisition men&eacute;e mardi dans le cadre d'une enqu&ecirc;te sur sa filiale de publicit&eacute; pour mobiles AdMob, soup&ccedil;onn&eacute;e d'avoir recueilli ill&eacute;galement des donn&eacute;es de g&eacute;olocalisation. /Photo prise le 3 mai 2011/REUTERS/Truth Leem</p>