France Télécom mis au défi en France, objectifs réitérés

mardi 3 mai 2011 16h32
 

par Marie Mawad

PARIS (Reuters) - France Télécom a fait état mardi d'un effritement de sa rentabilité au premier trimestre, alors que des pressions concurrentielles accrues en France ont pesé sur la marge de l'opérateur historique, sur sa part de marché dans le mobile et sur ses conquêtes dans le fixe.

L'opérateur paie le prix d'une politique commerciale plus agressive sur son marché historique, où il est numéro un, destinée à faire face notamment au lancement d'une nouvelle "box" par le challenger Free et aux turbulences liées au récent changement de taxation dans le secteur.

Le groupe a néanmoins confirmé l'ensemble de ses objectifs, dont un cash flow organique de huit milliards d'euros en 2011 et un dividende de 1,40 euro par action au titre de l'exercice en cours et de 2012.

"On voit un marché français assez dynamique", a commenté le directeur financier de France Télécom Gervais Pellissier, lors d'une conférence téléphonique, faisant état d'une concurrence toujours intense avec SFR, Bouygues et Iliad.

Les ventes trimestrielles de France Télécom se sont établies à 11,23 milliards d'euros et sa marge d'Ebitda retraité à 33,3% (-1,3 point). En données publiées, l'Ebitda était de 3,7 milliards d'euros, conforme aux attentes des analystes.

A 16h30, l'action France Télécom reculait de 0,5%, à 15,78 euros, dans une capitalisation boursière de 41,8 milliards d'euros, la quatrième plus importante du secteur en Europe. Dans le même temps l'indice sectoriel des télécoms cédait 0,6%.

CONCURRENCE FÉROCE

Au sein de résultats trimestriels globalement conformes aux attentes, la performance de l'opérateur en France a constitué le principal point de déception, selon plusieurs analystes.   Suite...

 
<p>Le directeur financier de France T&eacute;l&eacute;com Gervais Pellissier. L'op&eacute;rateur historique fran&ccedil;ais a confirm&eacute; l'ensemble de ses objectifs annuels, apr&egrave;s des r&eacute;sultats du premier trimestre globalement conformes aux attentes, mais qui ont fait &eacute;tat d'un l&eacute;ger effritement de sa marge. Le groupe a publi&eacute; des ventes trimestrielles de 11,23 milliards d'euros et fait &eacute;tat d'un recul de 1,3 point de sa marge d'Ebitda retrait&eacute;, &agrave; 33,3%. /Photo prise le 20 mai 2010/REUTERS/Jacky Naegelen</p>