Bataille judiciaire entre ZTE et Huawei sur des brevets

vendredi 29 avril 2011 10h30
 

HONG KONG (Reuters) - ZTE, numéro deux chinois des équipements télécoms, a déposé plainte vendredi pour violation de brevet contre son compatriote et concurrent Huawei, au lendemain d'une procédure similaire engagée à son encontre par ce dernier.

ZTE poursuit Huawei, numéro un du secteur en Chine et numéro deux mondial, pour violation de brevet dans la technologie mobile de quatrième génération (4G), annonce l'équipementier dans un communiqué.

"ZTE va continuer à utiliser les moyens légaux pour protéger nos droits de propriété intellectuelle à travers le monde", peut-on y lire. "Toutefois, nous pensons que se battre sur les brevets ne doit pas devenir la principale manière d'être en concurrence dans le secteur."

Huawei n'était pas joignable dans l'immédiat.

Cette annonce intervient après le dépôt jeudi en Allemagne, en France et en Hongrie d'une plainte similaire par Huawei, pour violation de brevets et utilisation de marque déposée dans les cartes mémoires et la norme mobile LTE.

"Notre objectif est de mettre un terme à l'utilisation illégale de la propriété intellectuelle de Huawei et de résoudre ce litige via la négociation afin que notre technologie soit utilisée de façon légale", a déclaré Song Liuping, chef du service juridique de Huawei, groupe non coté basé à Shenzhen.

ZTE a rejeté ces accusations.

"ZTE respecte et adhère sans réserve aux lois et réglements internationaux sur la propriété intellectuelle, et rejette absolument toute violation de brevet ou de marque déposée", a déclaré jeudi l'équipementier chinois dans un communiqué.

L'action ZTE a fini en hausse de 1,4% vendredi, surperformant l'indice Hang Seng qui a fini en recul de 0,36%.

Lee Chyen Yee, Jean Décotte pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>ZTE, num&eacute;ro deux chinois des &eacute;quipements t&eacute;l&eacute;coms, a d&eacute;pos&eacute; plainte pour violation de brevet contre son compatriote et concurrent Huawei, au lendemain d'une proc&eacute;dure similaire engag&eacute;e &agrave; son encontre par ce dernier. /Photos d'archives/REUTERS</p>