Panasonic va supprimer 17.000 postes, soit 5% de ses effectifs

jeudi 28 avril 2011 12h12
 

par Isabel Reynolds et Reiji Murai

TOKYO (Reuters) - Le géant japonais de l'électronique Panasonic prévoit de supprimer 17.000 emplois supplémentaires d'ici mars 2013, soit 5% de son personnel, afin de réduire ses coûts et de rester concurrentiel face à ses rivaux asiatiques.

Le groupe nippon a déclaré jeudi qu'il comptait ramener ses effectifs de 367.000 à 350.000 personnes sur les deux prochains exercices fiscaux. Ces suppressions de postes s'ajoutent aux 18.000 emplois déjà retranchés sur l'exercice qui a pris fin le 31 mars, soit un total de 35.000.

"Le chiffre est énorme mais le groupe l'est aussi, et pour une société à l'ancienne comme Panasonic, c'est une grande décision", juge Toru Hashizume, de Stats Investment Management.

Panasonic a précisé avoir mis de côté 110 milliards de yens (908 millions d'euros) en charges de restructuration pour l'exercice s'achevant fin mars 2012. Le groupe dit prévoir de réduire de 10% le nombre de ses 350 sites industriels dans le monde.

Son résultat d'exploitation a chuté de 32% au quatrième trimestre de son exercice achevé fin mars, à 41 milliards de yens.

Panasonic a dit maintenir son objectif de marge opérationnelle à 5% pour l'année fiscale 2012/2013 et a abaissé sa prévision de chiffre d'affaires sur l'exercice s'achevant en mars 2013 à 9.400 milliards de yens, contre 10.000 milliards précédemment.

REX 2010-2011 SUPÉRIEUR AU CONSENSUS

Le résultat d'exploitation (Rex) est ressorti à 305,3 milliards de yens (2,5 milliards d'euros) sur l'ensemble de l'exercice qui vient de prendre fin, soit en-deçà de la prévision du groupe qui avait dit viser 310 milliards.   Suite...

 
<p>Le g&eacute;ant japonais de l'&eacute;lectronique Panasonic pr&eacute;voit de supprimer 17.000 suppl&eacute;mentaires d'ici mars 2013, soit 5% de ses effectifs, afin de r&eacute;duire ses co&ucirc;ts et de rester concurrentiel face &agrave; ses rivaux asiatiques. Panasonic a d&eacute;j&agrave; supprim&eacute; 18.000 emplois sur l'exercice &eacute;coul&eacute;, qui a vu son r&eacute;sultat d'exploitation chuter de 32% au quatri&egrave;me trimestre (janvier-mars). /Photo d'archives/REUTERS/Stringer</p>