Nokia supprime 7.000 emplois

mercredi 27 avril 2011 13h30
 

HELSINKI (Reuters) - Nokia va supprimer 4.000 postes et en sous-traiter 3.000 autres à l'américain Accenture, dans le cadre d'un plan de réduction de ses dépenses d'un milliard d'euros.

Ce sont au total 12% des effectifs de la filiale téléphonie du premier fabricant mondial de mobiles qui sont concernés par cette décision. Les 4.000 suppressions de postes concerneront la Finlande, le Danemark et la Grande-Bretagne.

En fin de matinée, le titre gagnait 3,2% à la Bourse d'Helsinki.

Accenture reprendra les opérations liées au logiciel Symbian et assurera le suivi des futurs smartphones, y compris ceux fonctionnant avec l'OS Windows de Microsoft.

Cette opération va permettre à Nokia de réduire d'ici 2013 ses coûts annuels alloués à la recherche et au développement de 18%, soit un milliard d'euros. Ces coûts se sont élevés à 5,65 milliards d'euros en 2010.

Les dernières années ont été difficiles pour le groupe nordique dont les parts de marché ont été largement entamées, par Apple notamment dans les combinés mobiles.

Pour orchestrer sa reconquête dans les smartphones, Nokia a annoncé en février un partenariat avec Microsoft par lequel les logiciels de l'américain remplaceront sa plate-forme Symbian qui n'a guère convaincu.

"Une restructuration était largement attendue mais Nokia espère que le transfert de 3.000 emplois à Accenture permettra de faire passer la pilule alors même que ses investissements dans Symbian sont en chute libre", commente Ben Wood, directeur de la recherche chez CCS Insight.

Nokia Siemens Networks, coentreprise réseaux montée avec l'allemand Siemens, avait supprimé autour de 9.000 emplois après en entrée en service en 2007.

Tarmo Virki, Nicolas Delame et Catherine Monin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>Nokia, premier fabricant mondial de t&eacute;l&eacute;phones mobiles en volumes, va supprimer 4.000 postes et en sous-traiter 3.000 autres &agrave; l'am&eacute;ricain Accenture, qui va prendre en charge les activit&eacute;s li&eacute;es au syst&egrave;me d'exploitation Symbian, dans le cadre d'un plan de r&eacute;duction de ses d&eacute;penses d'un milliard d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Markku Ulander/Lehtikuva</p>