AT&T survit à la perte de l'exclusivité de l'iPhone

mercredi 20 avril 2011 15h36
 

par Sinead Carew

NEW YORK (Reuters) - La croissance des abonnements chez AT&T a ralenti au premier trimestre, conséquence de la perte des droits exclusifs de distribution de l'iPhone d'Apple, mais les investisseurs prévoyaient pire.

Sur le trimestre, le deuxième opérateur mobile américain a ainsi enregistré 62.000 nouveaux abonnés, alors que les sept analystes interrogés par Reuters prédisaient la perte de 83.000 clients.

Le recul des nouveaux abonnés sur cette période, comparé aux 400.000 souscriptions enregistrées lors des trois mois précédents, reflète le début de la commercialisation en février de l'iPhone par le premier opérateur mobile aux Etats-Unis, Verizon Wireless, coentreprise entre Verizon Communications et Vodafone.

L'opérateur impute également une partie des désabonnements à un changement des technologies de réseau à la suite de l'acquisition d'Alltel et de Centennial.

Les analystes sont stupéfaits qu'AT&T ait pu limiter à ce point les désabonnements. "On dirait bien que (Verizon Wireless) n'a pas massacré AT&T comme beaucoup auraient pu le croire", constate Christopher Larsen, analyste de Piper Jaffray.

AT&T a affiché un bénéfice en hausse au premier trimestre, de 3,4 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros), soit 57 cents par action, conformément aux attentes de Wall Street, contre 2,5 milliards de dollars, soit 41 cents par action, l'année précédente.

Le chiffre d'affaires affiche également une progression, de 2,3% pour atteindre 31,25 milliards de dollars. Les analystes tablaient sur 31,26 milliards de dollars.

En avant-Bourse, le titre AT&T gagnait 25 cents à 30,56 dollars.

Les résultats du concurrent Verizon Communications sont attendus jeudi.

Catherine Monin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

 
<p>AT&amp;T, le deuxi&egrave;me op&eacute;rateur mobile am&eacute;ricain, a d&eacute;gag&eacute; un b&eacute;n&eacute;fice de 3,4 milliards de dollars au premier trimestre (contre 2,5 milliards un an auparavant) mais n'a connu qu'une croissance m&eacute;diocre du nombre de ses abonn&eacute;s au cours de cette p&eacute;riode, durant laquelle il a d&ucirc; renoncer &agrave; la distribution exclusive de l'iPhone d'Apple. /Photo prise le 21 mars 2011/REUTERS/Brendan McDermid</p>