Le PlayBook de RIM arrive aux Etats-Unis entouré d'incertitudes

mardi 19 avril 2011 11h49
 

par Alastair Sharp

TORONTO (Reuters) - Research in Motion devait lancer mardi en Amérique du Nord sa riposte face à l'iPad d'Apple avec sa tablette numérique PlayBook, dont le groupe canadien attend fiévreusement de savoir si elle séduira les consommateurs.

L'enjeu est de la plus haute importance pour RIM, dont le BlackBerry a longtemps été souverain sur le marché des smartphones, avant que l'iPhone et une multitude d'appareils fonctionnant sous Android, le système d'exploitation de Google, ne viennent marcher sur ses plates-bandes.

Le lancement aux Etats-Unis et au Canada du PlayBook, qui n'est doté que du WiFi, s'est accompagné de reproches sur l'absence des applications phares de RIM en matière de gestion des courriels et d'agenda.

Les distributeurs tels que Staples ou Best Buy font cependant état de précommandes solides, laissant penser que le PlayBook pourrait être une alternative acceptable à l'iPad. Quelque 20.000 magasins distribuent le PlayBook pour sa sortie sur ces deux marchés.

Certains observateurs font valoir qu'il serait injuste de ne serait-ce que comparer les concurrents à l'iPad, qui a quasiment à lui seul fait de ce marché une réalité après son lancement en avril dernier.

Apple en a vendu presque 15 millions en huit mois en 2010. RIM devrait écouler trois millions de Playbook sur une période équivalente cette année, selon 18 analystes interrogés par Reuters.

PAS DANS LA MÊME COUR

"Il ne va pas jouer dans la même cour que l'iPad", estime Al Hilwa, analyste chez IDC à Seattle. "La question est plutôt de savoir s'il va vendre plus que le Xoom mais moins que le Galaxy", par exemple, ajoute-t-il en référence aux tablettes sous Android de Motorola et Samsung.   Suite...

 
<p>LE MARCH&Eacute; DES TABLETTES NUM&Eacute;RIQUES</p>