Google lance son bouton "+1", avec Facebook en ligne de mire

jeudi 31 mars 2011 14h08
 

par Alexei Oreskovic

SAN FRANCISCO (Reuters) - Google propose depuis mercredi aux Etats-Unis une nouvelle fonctionnalité permettant aux internautes de signaler les pages web et les résultats de recherches qu'ils apprécient, une initiative destinée à reprendre l'offensive face à Facebook.

En cliquant sur le bouton "+1" qui apparaît à côté des résultats des recherches, les utilisateurs peuvent recommander des contenus à leurs contacts.

Cette option pourrait ensuite avoir une influence sur l'ordre d'affichage des résultats, mais cette éventualité n'a pas été tranchée. Les résultats de recherches sont actuellement hiérarchisées selon un algorithme jalousement gardé secret.

Le numéro un mondial de la recherche sur internet se bat pour garder l'attention des internautes alors que ces derniers consacrent une part grandissante de leur temps à Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux.

Google n'a pour l'instant par réussi à trouver ses marques sur ce marché.

Sa dernière tentative pour créer un réseau social - Buzz -, il y a un peu plus d'un an, a tourné court notamment en raison du flot de critiques concernant le respect des données personnelles. Le groupe a annoncé mercredi être parvenu à un accord avec le régulateur américain en matière de confidentialité.

Le nouveau bouton "+1" ressemble fortement à l'une des fonctionnalités les plus populaires de Facebook, le "j'aime". Présent depuis près d'un an sur des sites internet, le "j'aime" crée un système de recommandations personnalisées, qui, selon certains analystes, pourrait bouleverser les traditionnels algorithmes utilisés par les moteurs de recherches.

Il est crucial pour Google de rester la principale porte d'entrée sur internet, son moteur de recherches ayant généré un chiffre d'affaires d'environ 29 milliards de dollars en 2010, principalement grâce aux liens publicitaires.   Suite...

 
<p>Google propose depuis mercredi aux Etats-Unis une nouvelle fonctionnalit&eacute; permettant aux internautes de signaler les pages web et les r&eacute;sultats de recherches qu'ils appr&eacute;cient, une initiative destin&eacute;e &agrave; reprendre l'offensive face &agrave; Facebook. /Photo d'archives/REUTERS/Robert Galbraith</p>