Gemalto s'associe à Mastercard dans le paiement sans contact

mardi 29 mars 2011 10h32
 

PARIS (Reuters) - Gemalto a annoncé mardi qu'il s'alliait au géant américain des cartes de crédit Mastercard dans le domaine du paiement sans contact par mobile, considéré comme un relais de croissance important pour le fabricant de cartes à puces.

Le groupe français, qui travaille déjà avec des opérateurs télécoms et des banques dans le 'sans contact', a précisé avoir obtenu pour ses produits NFC, ou "near field communications" (communication de proximité), une certification de la part de Mastercard, qui ouvre la voie à de nouveaux lancements commerciaux.

"Au Royaume-Uni, Gemalto s'associe notamment à une institution financière de premier rang et à un opérateur mobile d'envergure mondiale pour déployer cette solution certifiée MasterCard", a ajouté l'entreprise, sans toutefois nommer ses partenaires.

A l'échelle mondiale, les paiements effectués sans contact pourraient atteindre 110 milliards de dollars (81 milliards d'euros) en 2014, contre quelque 30 milliards de dollars en 2012, selon les données de Juniper Research.

Un téléphone sur six en activité dans le monde sera équipé d'une puce NFC d'ici à 2014, selon les estimations du même groupe de recherche.

En France, le premier lancement commercial de paiement sans contact par mobile a eu lieu en mai 2010 à Nice, où les opérateurs et NRJ Mobile, avec BNP Paribas et Crédit mutuel-CIC, ont équipé 3.000 Niçois d'un téléphone compatible et plus de 1.000 commerçants d'un terminal capable d'interagir pour gérer les paiements.

Nice devrait servir de modèle pour lancer le 'sans contact' dans neuf autres villes françaises, dans le cadre de projets-pilotes décidés en janvier par le ministre de l'Industrie Eric Besson.

Marie Mawad, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>Gemalto s'allie au g&eacute;ant am&eacute;ricain des cartes de cr&eacute;dit Mastercard dans le domaine du paiement sans contact par mobile, consid&eacute;r&eacute; comme un relais de croissance important pour le fabricant de cartes &agrave; puces. /Photo d'archives/REUTERS/Jonathan Bainbridge</p>