25 mars 2011 / 13:06 / il y a 6 ans

Après les Etats-Unis, l'iPad 2 à la conquête du reste du monde

<p>Alex Lee, touriste canadien et premier dans la file d'attente devant l'Apple Store du quartier des affaires de Sydney, converse avec des amis britanniques gr&acirc;ce &agrave; son premier iPad 2, achet&eacute; il y a deux semaines aux Etats-Unis. La nouvelle version de la tablette num&eacute;rique d'Apple est lanc&eacute;e vendredi dans 25 pays. /Photo prise le 25 mars 2011/Tim Wimborne</p>

par Amy Pyett et Gyles Beckford

WELLINGTON/SYDNEY (Reuters) - Des files d'attente de plusieurs centaines de personnes s'étendaient vendredi devant les boutiques Apple pour le lancement international de l'iPad 2, qui s'est arraché aux Etats-Unis au point que la firme à la pomme a bataillé pour satisfaire la demande.

Les analystes estiment à un million le nombre d'iPad 2 vendus lors du week-end de sa sortie outre-Atlantique mais la disponibilité de la tablette est entourée d'incertitudes liées à la pénurie de composants fabriqués au Japon, frappé le 11 mars par un séisme et un tsunami dévastateurs.

Plus fin et plus rapide que son prédécesseur, équipé en outre de deux caméras, l'iPad 2 a été lancé ce même 11 mars aux Etats-Unis. Rapidement, les acheteurs potentiels ont déploré les difficultés à s'en procurer un exemplaire, laissant entendre qu'Apple avait peut-être sous-estimé la demande.

Les magasins de Nouvelle-Zélande puis d'Australie ont été les premiers à distribuer, hors USA, l'iPad 2, qui est mis en vente dans une vingtaine d'autres pays ce vendredi, dont la France.

"Fantastique, ma soeur va l'adorer", s'est réjoui Alex Lee, baroudeur canadien en brandissant son iPad 2, premier de la file formée devant l'Apple store du quartier des affaires de Sydney, une place de choix obtenue au prix de deux nuits passées dehors - ravitaillé en sandwiches par les équipes d'Apple.

"Si ce n'était pas pour l'iPad, je ne serais pas en Australie en ce moment", a ajouté Lee, déjà acquéreur d'un exemplaire aux Etats-Unis. "C'est une habitude. J'avais aussi fait la queue à Regent Street, à Londres, pour l'iPhone."

CRAINTE D'UNE PÉNURIE DE COMPOSANTS

Patron et fondateur d'Apple, Steve Jobs a assuré mardi que la société "travaillait dur pour fabriquer assez d'iPads pour tout le monde", alors que les Américains sont déjà frustrés.

Fiona Martin, porte-parole du groupe en Australie, a déclaré qu'il y avait "plein (d'iPads) pour ceux qui font la queue", mais s'est refusée à tout commentaire précis sur les stocks.

Précurseur sur ce marché avec le premier iPad, Apple est confronté à une concurrence de plus en plus forte: Samsung Electronics et Motorola ont déjà lancé leur tablette numérique; Research in Motion et Hewlett-Packard s'apprêtent à faire de même d'ici quelques mois.

L'iPad 1 avait séduit 500.000 acheteurs lors du week-end de sa sortie et avait franchi la barre du million après 28 jours de commercialisation. En neuf mois en 2010, Apple en a écoulé 15 millions, deux à trois plus que ce qu'attendaient les analystes.

Ces experts s'attendent à ce que 30 millions d'iPad 2 soient vendus cette année, voire davantage, pour un chiffre d'affaires estimé à 20 milliards de dollars (14,12 milliards d'euros).

Mais les inquiétudes quant à de possibles ruptures de stock pour certains éléments tempèrent cet enthousiasme.

De l'automobile aux télécoms en passant par les nouvelles technologies, de nombreux secteurs subissent le contrecoup du désastre au Japon, un pays incontournable dans l'industrie.

Or plusieurs composants de l'iPad 2, dont sa batterie ou la mémoire flash qui permet de stocker fichiers audios et vidéos, sont fabriqués dans l'archipel, selon le cabinet iSuppli.

Apple a reporté la sortie nippone de sa tablette tout en arguant que cela n'était pas lié à des pénuries de composants.

"Il est trop tôt pour dire à quel point la production va être perturbée. Mais il y a (au Japon) plusieurs fabricants d'éléments de l'iPad, dont Toshiba et Hitachi", souligne Akira Minamikawa, vice-président d'iSuppli à Tokyo.

La plupart des usines concernées sont loin de la zone la plus touchée par le séisme et le tsunami et, même si l'ensemble du Japon devrait pâtir des difficultés des industries locales, Apple pourrait, de par sa position dominante dans les tablettes, s'assurer des livraisons plus régulières que ses rivaux.

Quoi qu'il en soit, la marque à la pomme ne saurait échapper à ces perturbations, jugent certains spécialistes.

"Nous pensons que les ruptures, particulièrement dans les matériaux chimiques, continueront au deuxième trimestre et (...) il est inévitable qu'Apple soit touché", estime Calvin Huang, analyste chez Daiwa, à Hong Kong, qui n'exclut pas de voir les délais de livraison atteindre alors plusieurs mois.

Avec Cecile Lefort, Victoria Thieberger et Rebekah Kebede en Australie, Edwin Chan à Los Angeles, Clare Jim à Taipeh, Isabel Reynolds à Tokyo, Grégory Blachier pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below