Seloger.com dit adieu à la Bourse après l'OPA de Springer

mercredi 23 mars 2011 12h35
 

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Moins de cinq ans après sa première cotation, le groupe de petites annonces sur internet Seloger.com va faire ses adieux à la Bourse de Paris, suite au succès massif de l'offre publique d'achat de l'éditeur allemand Axel Springer.

L'Autorité des marchés financiers a annoncé mercredi que la holding AS Online Beteiligungs GmbH détenait 16,42 millions d'actions Seloger, soit 98,65% du capital et des droits de vote de la société française.

L'éditeur des journaux allemand Bild et Die Welt a indiqué qu'il profiterait de ce score pour sortir de la Bourse Seloger.com, une star du net français qu'il peut désormais afficher dans son tableau de chasse aux côté de Aufeminin.com, dont il détient une participation majoritaire.

"L'acquisition du portail internet leader en France des annonces immobilières en ligne représente une étape importante pour Axel Springer", a déclaré dans un communiqué le directeur général du groupe allemand Mathias Döpfner.

Cette annonce confirme les informations de Reuters mardi qui faisaient état d'un possible retrait de la cote après le franchissement du seuil de 95% du capital de Seloger par Axel Springer.

Le fait de sortir un groupe de la Bourse et de porter sa participation à 100% permet à l'actionnaire, outre l'intégration fiscale, de remonter plus facilement les dividendes à la maison-mère.

Seloger a d'ailleurs annoncé lundi le doublement de son dividende, ajoutant qu'il s'attendait à une croissance à deux chiffres de ses principaux indicateurs financiers en 2011 grâce notamment à des niveaux d'audience record.

BATAILLE FÉROCE   Suite...

 
<p>Journaux appartenant au groupe Axel Springer. L'&eacute;diteur allemand est d&eacute;sormais en mesure de retirer Seloger.com de la Bourse apr&egrave;s avoir obtenu le contr&ocirc;le de 98,65% du capital de la soci&eacute;t&eacute; de petites annonces sur internet &agrave; l'issue de la prolongation de son OPA. /Photo d'archives/REUTERS/Hannibal Hanschke</p>