Pas de problème d'approvisionnement lié au Japon chez Ingenico

mardi 15 mars 2011 13h20
 

PARIS (Reuters) - Ingenico annonce mardi qu'il n'est pas significativement affecté par la catastrophe au Japon, sur fond d'inquiétudes sur la disponibilité et le prix de composants fabriqués dans l'archipel qui, en Bourse, pèsent sur les valeurs technologiques.

Le groupe français, spécialisé dans les terminaux de paiement, précise dans un communiqué n'avoir identifié aucun problème d'approvisionnement critique à court terme.

Ingenico mise sur un système d'achat basé sur des sources multiples, ou "double-sourcing", pour contourner d'éventuelles tensions dans la chaîne d'approvisionnement à moyen terme, et dispose de fournisseurs en Malaisie, en Chine et au Vietnam, ajoute un porte-parole du groupe.

Plusieurs partenaires japonais de l'entreprise sous-traitent eux-mêmes leur production à l'extérieur du pays et sont donc moins touchés par les événements récents, explique-t-il, précisant que les semi-conducteurs font partie des composants utilisés dans les terminaux du groupe.

A 12h55, l'action Ingenico reculait de 3,76%, à 24,98 euros, à comparer avec une baisse de 4,24% de l'indice sectoriel européen des technologies.

Au sein du CAC 40, à la Bourse de Paris, le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics accusait la plus forte baisse, chutant de 5,98%, à 8,553 euros.

Dans le même secteur, des multinationales technologiques implantées au Japon, parmi lesquelles les géants Toshiba Corp et Texas Instruments, ont fait état de fortes perturbations sur leurs sites de production, soulevant des craintes de pénuries de composants dans l'industrie.

Le Japon génère un cinquième de la production mondiale de semi-conducteurs, dont environ 40% des mémoires flash que l'on retrouve dans les smartphones, les tablettes, les ordinateurs et les appareils photo numériques.

Marie Mawad, édité par Jean-Michel Bélot

 
<p>Ingenico dit ne pas &ecirc;tre significativement affect&eacute; par la catastrophe au Japon, sur fond d'inqui&eacute;tudes sur la disponibilit&eacute; et le prix de composants fabriqu&eacute;s dans l'archipel qui, en Bourse, p&egrave;sent sur les valeurs technologiques. /Photo d'archives/REUTERS</p>