8 mars 2011 / 16:19 / dans 7 ans

Parrot dispose d'une trésorerie suffisante pour des acquisitions

<p>D&eacute;monstration de l'AR.Drone de Parrot &agrave; Las Vegas en 2010. Le groupe, leader mondial des p&eacute;riph&eacute;riques sans fil pour t&eacute;l&eacute;phones mobiles, qui avait supris l'ann&eacute;e derni&egrave;re en lan&ccedil;ant ce jeu pour iPhone, assure disposer d'une tr&eacute;sorerie suffisante pour r&eacute;aliser des acquisitions cette ann&eacute;e. /Phot prise le 5 janvier 2010/REUTERS/Steve Marcus</p>

par Florent Le Quintrec et Matthias Blamont

PARIS (Reuters) - Parrot dispose désormais d‘une trésorerie suffisante pour réaliser des acquisitions et est à l‘affût d‘opportunités, a déclaré mardi à Reuters le directeur financier du leader mondial des périphériques sans fil pour téléphones mobiles.

Le groupe, dont la trésorerie s’élevait à 90,8 millions d‘euros au 31 décembre 2010 et qui ne compte aucune dette, se dit intéressé par l‘acquisition de sociétés lui permettant de mettre la main sur des nouvelles technologies ou des produits innovants.

“Ce ne sera pas de grosses choses, on est une ‘zéro dette compagnie’. On a 90 millions d‘euros de cash. Il y en a une partie qui doit nous sécuriser, donc il reste entre 30 et 40 millions”, a déclaré mardi Gilles Labossière lors d‘un entretien.

Parrot compte en outre sur l‘adoption croissante des kits mains libres installés en première monte par les constructeurs automobiles (OEM) pour doper son chiffres d‘affaires et augmenter sa part de marché sur ce segment qui compte pour 34% de son chiffre d‘affaires, via notamment des nouveaux contrats avec deux constructeurs japonais et américain.

La société, qui équipe déjà les modèles de grandes marques comme BMW ou Volkswagen, estime actuellement sa part sur le marché des OEM à environ 40%.

“En 2011, on est en croissance et on a démontré qu‘on savait prendre des parts de marché, surtout les deux dernières années, donc d‘aucuns peuvent se projeter. On a une belle visibilité sur cette activité”, a indiqué le directeur financier.

Sur ce segment, Parrot prévoit que les leviers de croissance que sont l‘innovation et le renforcement de la législation vis-à-vis du téléphone au volant auront peu d‘impact à court terme et va donc concentrer ses efforts sur le marketing dont le budget augmentera significativement cette année.

Géographiquement, le groupe a notamment pour ambition de gagner des contrats auprès de constructeurs américains pour leurs modèles distribués sur leur marché national.

SUCCÈS DE L‘AR.DRONE

Outre les OEM, Parrot distribue également des produits sans fil pour l‘automobile à destination du grand public et souhaite renforcer sa présence sur ce segment en Europe du Nord, en Chine et en Asie Pacifique, via notamment des efforts en marketing.

“Parrot est une société de technologie qui en train d‘apprivoiser le marketing. On va mettre plus de marketing pour nos produits ‘automotive’ pour tenter de créer le marché”, a indiqué le directeur financier.

S‘il dit avoir une bonne visibilité pour les deux à trois prochaines années, Parrot estime qu‘au-delà, la croissance viendra de l’émergence de l‘internet dans l‘automobile et va accélérer ses efforts de recherche et développement pour s‘y préparer, après avoir recruté 80 ingénieurs en 2010.

“Dans deux, trois ans, il faut qu‘on soit capable de livrer une nouvelle génération de puces qui permettent de rapatrier internet dans la voiture”, a dit Gilles Labossière.

Les dépenses totales de R&D devraient augmenter de quatre à cinq millions d‘euros cette année comparé aux 28,7 millions de 2010, a-t-il précisé.

Parrot, historiquement spécialiste des kits mains libres pour l‘automobile depuis sa création en 1994, s‘est diversifié ces dernières années et a créé la surprise en 2010 en lançant l‘AR.Drone.

Il s‘agit d‘un quadricoptère (hélicoptère à quatre rotors) qui se pilote à l‘aide d‘un iPhone utilisant le wifi et doté d‘une caméra permettant de voir les déplacements de l‘appareil auxquels s‘ajoutent des éléments de jeu vidéo virtuels.

Après en avoir écoulé 120.000 exemplaires en un semestre, le groupe cherche à accroître ses ventes en le proposant sur de nouveaux marchés et chez de nouveaux distributeurs.

“L‘ambition est de créer une base installée suffisante de 500.000 à un million d‘exemplaires pour en faire un produit durable”, a-t-il dit, précisant qu‘en cas de succès, il pourrait adapter ce produit aux autres smartphones.

Il réfléchit également à développer cette technologie sur d‘autres appareils comme les voitures télécommandées, estimant que le marché des jouets offre de nombreuses opportunités.

Le titre Parrot était en hausse de 0,2% à 25,12 euros mardi à la Bourse de Paris vers 16h55. Depuis le début de l‘année, il affiche une hausse de 4% après un bond de 134% en 2010.

Edité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below