SFR estime que 2011 sera difficile pour les télécoms français

mardi 1 mars 2011 08h48
 

PARIS (Reuters) - SFR, le deuxième opérateur télécoms français en nombre d'abonnés, a signalé mardi un effritement accéléré de sa rentabilité fin 2010, dans un marché français qui aura de nouveau pour toile de fond en 2011 une concurrence accrue et de fortes pressions réglementaires.

La filiale à 56% de Vivendi, dont Vodafone détient le solde du capital, a continué de recruter de nouveaux abonnés au cours de l'exercice écoulé, et fait état de 200.000 clients à fin février pour sa nouvelle box, lancée en novembre et assortie d'une offre premium destinée à monter en gamme.

Toutefois, le groupe, qui cite une concurrence exacerbée de la part de France Télécom, Bouygues et Free (Iliad), a vu sa marge d'Ebita reculer de 1,7 point au quatrième trimestre, à 15,3% des ventes. Elle est à comparer avec une marge de 19,65% pour l'ensemble de l'exercice 2010.

"Ça va rester difficile (en 2011) compte tenu de cette volonté (du régulateur) de peser davantage sur le prix et sur les opérateurs", a déclaré le président du directoire de Vivendi, Jean-Bernard Lévy, lors d'une conférence téléphonique avec les agences de presse.

Des analystes avaient exprimé des inquiétudes, avant la publication des résultats de Vivendi, sur les perspectives de SFR pour 2011, dans un marché atone, animé par des initiatives commerciales de plus en plus agressives de la part des opérateurs pour dérober des abonnés à leurs concurrents.

Dans le même secteur, les perspectives dévoilées jeudi dernier par le numéro un français France Télécom ont été jugées décevantes par des analystes financiers.

France Télécom a indiqué que 2011 serait dans la lignée de l'année écoulée, avec notamment une pression continue sur les marges, après avoir amélioré ses conquêtes d'abonnés en France en 2010 grâce à une offensive commerciale agressive, mais au prix d'une érosion de sa rentabilité.

SFR a annoncé un recul de 3,3% de son Ebitda dans le mobile en 2010, à 3,2 milliards d'euros. En revanche, l'Ebitda annuel du fixe a progressé de 8,6% en données récurrentes, à 776 millions.

Au total, le chiffre d'affaires annuel s'est élevé à 12,58 milliards d'euros.

Parmi les autres concurrents, Bouygues Télécom publiera ses résultats annuels mardi après la clôture de la Bourse, tandis qu'Iliad annoncera les siens le 9 mars.

Marie Mawad, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>Jean-Bernard L&eacute;vy, pr&eacute;sident du directoire de Vivendi, qui d&eacute;tient 56% de SFR. Le deuxi&egrave;me op&eacute;rateur t&eacute;l&eacute;coms fran&ccedil;ais en nombre d'abonn&eacute;s a vu sa rentabilit&eacute; s'effriter plus rapidement &agrave; la fin 2010 et l'ann&eacute;e 2011 devrait &agrave; nouveau &ecirc;tre marqu&eacute;e par une concurrence accrue et de fortes pressions r&eacute;glementaires. /Photo prise le 1er mars 2011/REUTERS/Jacky Naegelen</p>