February 14, 2011 / 9:56 AM / 6 years ago

Le paiement sans contact, nouvelle manne dans le mobile?

6 MINUTES DE LECTURE

par Marie Mawad et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Les investissements des opérateurs français pour déployer le paiement sans contact par mobile ont fait de la France un exemple dans ce domaine, mais la part des groupes de télécoms dans cette nouvelle manne de revenus pourrait être marginale, disent des experts.

Le secteur financier est aussi dans la course aux nouveaux revenus et les géants de l'internet ne manqueront pas de s'y lancer, alors que 2011 promet d'être l'année du déploiement à grande échelle du 'sans contact', avec le lancement de téléphones adaptés attendu dès cette semaine au Mobile World Congress, à Barcelone.

"Il va y avoir de la concurrence pour savoir qui héberge le portefeuille électronique et qui paye pour le mettre en place. Que ce soit les banques, les opérateurs, ou même Google, ils vont se battre pour savoir qui récupère le client", estime Bill Gajda, directeur de division de Visa.

A l'échelle mondiale, les paiements effectués sans contact pourraient atteindre 110 milliards de dollars (81 milliards d'euros) en 2014, contre quelque 30 milliards de dollars en 2012, selon les données de Juniper Research.

Les banques et les émetteurs de cartes de crédit Visa et Mastercard se sont déjà positionnés pour engranger des rémunérations sur les transactions, mais la part d'Orange, SFR ou Bouygues dans ce relais de croissance reste à définir clairement.

La concurrence devrait quant à elle s'intensifier avec la venue sur ce marché de Google et d'Apple, avec son iPhone vedette. Google a fait savoir qu'il comptait intégrer le paiement sans contact grâce à une solution logicielle dans son système d'exploitation Android pour mobile.

Un téléphone sur six en activité dans le monde sera équipé d'une puce NFC (Near-field communications, communication de proximité) d'ici à 2014, selon les estimations de Juniper Research. En France, Orange vise un parc de 500.000 appareils dès cette année. Le rassemblement des principaux opérateurs français vise au total un million de mobiles en 2011.

"Simples Tuyaux"

Si le décollage de cette nouvelle technologie ne fait pas de doute parmi les spécialistes, ils ajoutent que le nerf de la guerre aujourd'hui est financier, et craignent de voir les opérateurs investir et subventionner de nouveaux terminaux plus coûteux sans en récolter les fruits.

Sans cesse renvoyés par les analystes à leur rôle de "simples tuyaux", les opérateurs télécoms ont souvent manqué ces dernières années les occasions de se positionner sur de nouvelles sources de revenus, en dépit de lourds investissements.

L'explosion du trafic sur les réseaux télécoms, liée à la généralisation des smartphones et aux nouveaux usages de la vidéo sur mobile, ne s'est par exemple pas traduite par une hausse de revenus pour les opérateurs, les géants de l'internet en ayant été désignés comme les principaux bénéficiaires.

"Il y a un danger que les opérateurs ne captent pas grand-chose en termes de valeur sur les transactions. Les opérateurs pourraient se retrouver marginalisés, et se trouveraient ainsi renvoyés au rôle de simples tuyaux qu'ils essaient d'éviter", juge Howard Wilcox, de Juniper Research, au sujet du 'sans contact'.

Dans un marché de la téléphonie mobile très concurrentiel, où le taux de rotation de clientèle est coûteux, le 'sans contact' mobile constituera essentiellement un outil de fidélisation du client, explique de son côté Anne Bouverot, directrice de division chez Orange.

En louant leurs infrastructures aux banques et en gérant le service client, les opérateurs peuvent espérer certains revenus, mais des analystes s'interrogent sur les conditions négociées avec les institutions financières, plus réticentes que les groupes de télécoms sur cette nouvelle technologie.

L'EXEMPLE NIÇOIS

En France, l'Association française du sans contact mobile (AFSCM) a estimé pouvoir évacuer une partie de la concurrence en rassemblant les grands opérateurs et certaines banques autour du projet Cityzi et autour d'une norme technologique unique intégrant la puce NFC, fabriquée notamment par Gemalto.

Le premier lancement commercial a eu lieu en mai 2010 à Nice, où les opérateurs et NRJ Mobile, avec BNP Paribas et Crédit mutuel-CIC, ont équipé 3.000 Niçois d'un téléphone compatible et plus de 1.000 commerçants d'un terminal capable d'interagir pour gérer les paiements.

Le déploiement niçois a depuis attiré de nombreuses délégations étrangères qui sont venues observer le fonctionnement, indique Didier Durand, responsable de la commission Nice au sein de l'AFSCM.

Nice devrait également servir de modèle pour lancer le 'sans contact' dans neuf autres villes françaises, dans le cadre de projets-pilotes décidés en janvier par le ministre de l'Industrie Eric Besson.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below