Alcatel-Lucent confiant après un 4e trimestre solide

jeudi 10 février 2011 12h20
 

par Marie Mawad

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent a annoncé jeudi qu'il continuait de viser un free cash flow positif en 2011, maintenant le cap pour la dernière ligne droite de son plan triennal de redressement, rudement mis à l'épreuve en 2010 par des pénuries de composants.

Les résultats de l'équipementier télécoms se sont améliorés au quatrième trimestre, le flux de trésorerie repassant en terrain positif et la marge d'exploitation ajustée s'inscrivant nettement au-dessus de son niveau annuel.

"C'est notre meilleur profit de tous les trimestres depuis la fusion (d'Alcatel avec Lucent en 2006). C'est une indication claire que nous sommes en route pour devenir une entreprise normale en 2011", a déclaré son directeur général, Ben Verwaayen, lors d'une conférence téléphonique.

Suspendue de cotation à l'ouverture de la Bourse de Paris, l'action s'inscrivait en hausse de 13% à 3,01 euros à 11h45. Le titre gagnait ainsi 38% depuis le début de l'année.

L'annonce a rassuré les analystes qui craignaient une déception sur les perspectives, alors qu'Alcatel entre dans la dernière année de sa refonte par Ben Verwaayen. Arrivé en 2008, le dirigeant a promis de redresser l'entreprise, qui peine à générer profit et trésorerie depuis sa fusion avec Lucent.

Le groupe franco-américain s'est montré confiant pour 2011, tablant sur une marge d'exploitation ajustée de plus de 5%, mais n'excluant pas d'atteindre 9%, le haut de la fourchette donnée précédemment. Il estime pouvoir croître plus vite que le marché.

"Le marché va un peu mieux qu'il y a six mois", a déclaré Ben Verwaayen, qui a précisé que la croissance du secteur serait probablement "plus proche de 5% que de 0%" en 2011.

CA Cheuvreux et WestLB ont relevé jeudi leur recommandation sur le titre, tandis que Credit Suisse a fait savoir dans une note qu'il relèverait aujourd'hui ses estimations.   Suite...

 
<p>Alcatel-Lucent vise d&eacute;sormais une marge d'exploitation ajust&eacute;e de plus de 5% en 2011, contre une fourchette de 5% &agrave; 9% annonc&eacute;e pr&eacute;c&eacute;demment, apr&egrave;s avoir publi&eacute; des r&eacute;sultats 2010 qui ont laiss&eacute; appara&icirc;tre une bonne surprise en terme de cash flow. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>