LinkedIn veut entrer en Bourse et lever 175 millions de dollars

vendredi 28 janvier 2011 14h02
 

par Nadia Damouni et Alexei Oreskovic

NEW YORK/SAN FRANCISCO (Reuters) - LinkedIn, le réseau social en ligne destiné aux professionnels, veut entrer en Bourse en 2011 et compte lever jusqu'à 175 millions de dollars (près de 130 millions d'euros), selon un avis transmis aux autorités boursières américaines.

Cette opération ferait de LinkedIn la première plate-forme communautaire à prendre pied à Wall Street, mais devrait surtout permettre de mesurer l'appétit des investisseurs en vue d'une éventuelle cotation de Facebook, leader mondial du secteur, dont la valorisation a pu être estimée à 50 milliards de dollars (36,5 milliards d'euros).

Le nombre d'actions mises en vente et le prix d'introduction n'ont pas encore été déterminés, selon le document déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), gendarme de la Bourse américaine.

Les actions proposées au public le seront à la fois via une augmentation de capital et par la cession de titres par certains actionnaires.

Le réseau social cofondé par Reid Hoffman, ex-dirigeant de la plate-forme de paiement en ligne PayPal, a annoncé ce projet jeudi soir, au lendemain des débuts à Wall Street d'une autre société internet, Demand Media, qui a bondi de près de 33% pour sa première journée de cotation.

Le 6 janvier, des sources avaient dit à Reuters que LinkedIn avait décidé de s'introduire sur le marché cette année.

"Facebook a suscité l'intérêt du public pour le secteur et je pense qu'il y a une forte demande" pour davantage d'entrées en Bourse de sites internet, estime Rory Maher, analyste chez Hudson Square Research.

EFFERVESCENCE   Suite...

 
<p>Le PDG de LinkedIn, Jeff Weiner. Le r&eacute;seau social destin&eacute; aux professionnels a l'intention d'entrer en Bourse en 2011, une op&eacute;ration qui devrait permettre de mesurer l'app&eacute;tit des investisseurs en vue d'une &eacute;ventuelle cotation de Facebook. /Photo prise le 17 mai 2010/REUTERS/Robert Galbraith</p>