L'offre d'applications pour mobiles va se diversifier

mardi 25 janvier 2011 14h55
 

TORONTO (Reuters) - Les développeurs d'applications pour mobiles continueront à travailler principalement pour l'iPhone d'Apple et les combinés utilisant le système d'exploitation Android de Google tout en diversifiant leur offre, selon une enquête du cabinet d'études IDC et de la plate-forme d'applications Appcelerator.

Bon nombre des développeurs interrogés prévoient de produire davantage d'applications, en élargissant la gamme des plates-formes auxquelles elles seront destinées.

Le smartphone d'Apple, pour lequel on recense 300.000 applications développées par des tiers, devrait rester au centre des attentions de 92% des développeurs, d'après les résultats de cette enquête rendue publique lundi.

La tablette iPad d'Apple et les combinés fonctionnant avec le système d'exploitation mobile Android suivent, 87% des plus de 2.200 développeurs interrogés se déclarant très intéressés par ces appareils.

Les tablettes fonctionnant sous Android, comme la Galaxy Tab de Samsung et la Xoom de Motorola Mobility complètent le haut du palmarès et intéressent 74% des développeurs.

Loin derrière, le BlackBerry de Research In Motion et les appareils utilisant le système d'exploitation mobile Windows Phone 7 de Microsoft occupent le milieu du tableau mais devancent toutefois largement les interfaces Symbian et son successeur annoncé MeeGo de Nokia, qui suscite l'intérêt de 20% des participants.

RIM, qui a tenté de promouvoir sa tablette PlayBook auprès des développeurs depuis la présentation de celle-ci en septembre, a vu l'intérêt pour cet appareil progresser nettement, 28% des sondés ayant l'intention de se pencher dessus (contre 16% en septembre). Le PlayBook devrait être disponible en mars.

Les déclarations d'intention des développeurs représentent un bon indicateur de l'intérêt pour une plate-forme, dans la mesure où les consommateurs sont attirés par des appareils leur permettant d'effectuer des tâches précises, comme la consultation des sites d'information ou la localisation d'un restaurant.

Alastair Sharp, Myriam Rivet pour le service français, édité par Nicolas Delame

 
<p>Les d&eacute;veloppeurs d'applications pour mobiles continueront &agrave; travailler principalement pour l'iPhone d'Apple et les combin&eacute;s utilisant le syst&egrave;me d'exploitation Android de Google tout en diversifiant leur offre, selon une enqu&ecirc;te du cabinet d'&eacute;tudes IDC et de la plate-forme d'applications Appcelerator. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid</p>