Le e-commerce a progressé de 24% en France en 2010

lundi 24 janvier 2011 15h29
 

PARIS (Reuters) - Le commerce en ligne en France a progressé de 24% en 2010, tiré par l'explosion du nombre de sites marchands et par l'augmentation du nombre d'acheteurs en ligne.

Cette hausse du e-commerce, proche de celle de 2009 (+25%), porte à 31 milliards d'euros les dépenses des consommateurs effectuées en ligne l'an dernier, selon les chiffres publiés lundi par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

Le commerce en ligne français a été soutenu par un nouveau record du nombre de sites marchands créés en 2010, en augmentation de 28% avec 17.800 nouveaux sites, ce qui porte à 81.900 le nombre de sites actifs dans l'Hexagone.

Les ventes des 40 principaux sites français, un agrégat qui permet à la Fevad de mesurer l'évolution des ventes en ligne à périmètre constant, ont quant à elles signé une hausse plus limitée, de 15% sur un an.

"Cette progression, supérieure à celle de 2009, s'inscrit dans un contexte global de retour de la croissance pour le commerce de détail (+2,2% en 2010, après une baisse de 1,4% en 2009)", souligne la Fevad dans un communiqué.

Parmi les 40 plus grands sites pris en compte - notamment ceux de Carrefour, Cdiscount (filiale de Casino), La Redoute et La Fnac (groupe PPR), Pixmania Club Méditerranée, Sephora (groupe LVMH) ou Go Voyages -, le secteur du tourisme a connu la plus forte progression (+20%), suivi par les sites destinés aux professionnels (+15%), les produits technologiques (+10%) et la mode (+8%).

Le nombre d'acheteurs en ligne a progressé de 12% pour atteindre 27,3 millions de personnes fin 2010, et le montant moyen de la transaction, qui a atteint 91 euros, a retrouvé son niveau d'avant la crise, selon la Fevad.

Un acheteur en ligne réalise en moyenne 12 transactions par an pour un montant estimé à 1.100 euros.

Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez

 
<p>Le commerce en ligne en France a progress&eacute; de 24% en 2010, tir&eacute; par l'explosion du nombre de sites marchands et par l'augmentation du nombre d'acheteurs en ligne. /Photo d'archives/REUTERS</p>