January 24, 2011 / 8:33 AM / 6 years ago

Les ventes de télévisions pèsent sur le 4e trimestre de Philips

5 MINUTES DE LECTURE

<p>Philips Electronics fait &eacute;tat de r&eacute;sultats du quatri&egrave;me trimestre inf&eacute;rieurs aux attentes, les pi&egrave;tres ventes de ses t&eacute;l&eacute;viseurs ayant pes&eacute; sur la division &eacute;lectronique grand public du groupe. /Photo prise le 4 janvier 2011/Peter Andrews</p>

par Roberta B. Cowan

AMSTERDAM (Reuters) - Philips Electronics a fait état lundi de résultats du quatrième trimestre inférieurs aux attentes, les piètres ventes de ses téléviseurs ayant pesé sur la division électronique grand public du groupe.

Le groupe néerlandais, également présent dans l'éclairage et le matériel médical, a par ailleurs déclaré que les consommateurs resteraient prudents dans les pays développés cette année, des propos qui ont achevé de convaincre les investisseurs de se défaire d'actions Philips.

Vers 12h20, le titre Philips cédait 6,19% à 23,05 euros - accusant la plus forte baisse de l'indice FTSEurofirst 300 - alors que l'indice européen regroupant les valeurs liées aux biens de consommations courante était quasiment inchangé (+0,03)%.

Le contraste avec General Electric, concurrent de Philips sur certains segments, n'est guère flatteur puisque le géant américain avait annoncé vendredi des résultats du quatrième trimestre nettement supérieurs aux attentes.

L'allemand Siemens, rival de Philips dans le domaine médical, doit publier ses performances trimestrielles mardi.

"Les ventes ont été affectées par le sentiment négatif des consommateurs dans les pays développés tandis qu'une poursuite du mouvement de déstockage se sont traduits par un mois de décembre particulièrement mauvais", a dit le directeur général sortant de Philips Gerard Kleisterlee.

De son côté, Pierre-Jean Sivignon, directeur financier du groupe également sur le départ, a dit à Reuters Insider que Philips envisageait une série d'acquisitions, notamment dans les pays émergents.

Il a ajouté que si jamais ces opérations ne se faisaient pas, le groupe réfléchirait à un programme de rachat d'actions

Gerard Kleisterlee sera remplacé en avril par Frans van Houten, considéré comme un expert en restructuration d'entreprises et Pierre-Jean Sivignon par Ron Wirahadiraksa, un néerlando-indonésien de 50 ans également réputé pour ses drastiques réductions de coûts.

<p>Gerard Kleisterlee, directeur g&eacute;n&eacute;ral de Philips. Le groupe n&eacute;erlandais fait &eacute;tat de r&eacute;sultats du quatri&egrave;me trimestre inf&eacute;rieurs aux attentes, les pi&egrave;tres ventes de ses t&eacute;l&eacute;viseurs ayant pes&eacute; sur la division &eacute;lectronique grand public. /Photo prise le 24 janvier 2011/Paul Vreeker/United Photos</p>

OPTIMISME POUR LA DIVISION ÉCLAIRAGE

Philips a dégagé un bénéfice net de 465 millions d'euros sur les trois derniers mois de 2010 alors que les analystes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne 532 millions.

Le résultat opérationnel (Ebita) est ressorti à 873 millions d'euros sur la période et le chiffre d'affaires à 7,4 milliards alors que les spécialistes avaient tablé sur respectivement 936 millions et 7,58 milliards d'euros.

Philips, qui prévoit de porter son bénéfice à 0,75 euro par action contre 0,70 précédemment, a dit que la croissance de ses activités serait surtout tirée par les pays émergents cette année, qui représentent environ un tiers du chiffre d'affaires du groupe.

"Au total, les résultats de Philips sont quelque peu décevants en raison surtout des performances commerciales moins bonnes que prévu de la division électronique grand public", a souligné Sjoerd Ummels, analyste chez ING.

"Philips a souligné que les consommateurs resteraient timorés en 2011. Ce n'est pas une surprise mais nous avons déjà eu deux années de faible consommation, apparemment, cette évolution est sans fin", a-t-il ajouté.

La division électronique grand public a dégagé un résultat d'exploitation de 151 millions d'euros, un chiffre en baisse de 43% par rapport au quatrième trimestre 2010 et nettement en deçà des 267 millions d'euros anticipés par les analystes financiers.

Le groupe a fait mieux que prévu dans le domaine du matériel médical - scanners et autres équipements hospitaliers - avec un Ebita en hausse de 15,5% à 522 millions, contre 514 millions attendus.

La division éclairage, qui comprend aussi bien les ampoules que les systèmes d'éclairage publics, a dégagé un résultat opérationnel en hausse de 141%, à 198 millions alors que les spécialistes avaient tablé sur un chiffre de 218 millions.

Philips a dit prévoir un rebond du secteur de la construction au second semestre 2011, ce qui est de bon augure pour cette division.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below