L'offre illégale de jeux en ligne est devenue marginale

vendredi 21 janvier 2011 15h22
 

PARIS (Reuters) - L'ouverture à la concurrence des paris en ligne a permis de réduire très nettement l'offre illégale, a déclaré vendredi le président de l'autorité de régulation du secteur Jean-François Vilotte.

A l'occasion de la présentation des voeux de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), son président a présenté un bilan chiffré des sept premiers mois de la libéralisation des jeux en ligne.

"Les joueurs français ont massivement migré vers l'offre légale", a assuré Jean-François Vilotte selon lequel le montant des mises engagées correspond aux projections qui avaient été réalisées avant l'ouverture à la concurrence.

Le poker en ligne, qui a été autorisé en juillet, deux mois après les paris hippiques et les paris sportifs, est de loin le secteur le plus dynamique, selon les statistiques livrées par l'Arjel.

Au 31 décembre 2010, 3,7 milliards d'euros ont ainsi été misés dans les "cash game" et 412 millions d'euros sous forme de droits d'entrée dans les tournois. Dans le cash-game, les joueurs misent en moyenne 1.000 euros par semaine.

Les paris sportifs sont quant à eux davantage dépendants de l'actualité sportive et ont représenté 450 millions d'euros de mises l'an dernier. Sans surprise, le football concentre l'essentiel des paris (62%), très loin devant le tennis et le basket.

Les paris hippiques, qui bénéficient d'une base de joueurs réguliers, ont également drainé 450 millions d'euros de mises.

Au total, près de 2,9 millions de comptes de joueurs ont été ouverts sur des sites français agréés et le nombre de joueurs "actifs" s'établit en moyenne à 500.000 par semaine.

Le président de l'Arjel a souligné que l'offre des opérateurs devrait rester attractive pour continuer à faire reculer l'offre illégale, tout en veillant à ne pas susciter de phénomènes d'addiction. Sur ce dernier point, Jean-François Vilotte a précisé qu'il avait l'intention d'encadrer la pratique des bonus sur les sites de poker dans le courant de 2011.   Suite...