Apple rompt ses liens avec WikiLeaks

mercredi 22 décembre 2010 18h27
 

LOS ANGELES (Reuters) - Apple a annoncé mercredi avoir supprimé de son kiosque en ligne une application qui donnait accès au site WikiLeaks, expliquant que la plate-forme internet créée par Julian Assange avait enfreint son règlement intérieur.

En prenant cette décision symbolique, Apple a ainsi rejoint une liste grandissante d'entreprises américaines qui ont rompu leurs liens avec WikiLeaks, à l'image d'Amazon.com ou encore de Bank of America.

"Nous avons retiré l'application WikiLeaks du kiosque en ligne Apps Store car celle-ci ne respectait pas notre charte des développeurs", explique Apple dans un communiqué.

"Les applications doivent se conformer aux lois locales et ne pas mettre un individu ou un groupe particulier en danger", poursuit l'entreprise californienne.

L'application en question permettait de suivre le contenu du site WikiLeaks ainsi que son compte Twitter.

WikiLeaks s'est distingué en novembre en divulguant près de 250.000 notes confidentielles de la diplomatie américaine, en partenariat avec cinq grandes publications à travers le monde: le New York Times, le Guardian, Le Monde, El Pais et l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Edwin Chan, Olivier Guillemain pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 
<p>Apple a supprim&eacute; de son kiosque en ligne une application qui donnait acc&egrave;s au site WikiLeaks, expliquant que la plate-forme internet cr&eacute;&eacute;e par Julian Assange avait enfreint son r&egrave;glement int&eacute;rieur. /Photo prise le 29 novembre 2010/REUTERS/Toru Hanai</p>