December 15, 2010 / 3:30 PM / 7 years ago

Le partenariat entre Atos et Siemens salué par le marché

5 MINUTES DE LECTURE

par Gwénaelle Barzic

PARIS (Reuters) - Le marché salue mercredi le rachat par Atos Origin de la division SIS de l'allemand Siemens pour 850 millions d'euros qui va donner naissance au premier groupe européen de services informatiques, numéro sept au niveau mondial.

Vers 16h00, l'action de la SSII française s'envolait de 11,2% à 37,60 euros, signant la plus forte hausse du SRD et portant ainsi sa capitalisation boursière à 2,6 milliards.

"Nous avons décidé de créer un champion européen", a déclaré mercredi le PDG d'Atos Thierry Breton lors d'une conférence de presse commune avec son homologue allemand de Siemens, Peter Löscher. "Il s'agit probablement de l'un des plus importants partenariats industriels européens de ces dernières années".

Le chiffre d'affaires de la nouvelle entité, qui comptera plus de 78.000 salariés et sera présente dans une quarantaine de pays, devrait représenter 8,7 milliards d'euros, à comparer aux 5,1 milliards d'euros dégagé par Atos l'an dernier.

Pour Oddo, qui a relevé sa recommandation à "achat", la transaction devrait résoudre le problème de masse critique dont le groupe souffrait pour ses activités traditionnelles de services informatiques sur la plupart de ses marchés.

"Désormais nous aurons la taille nécessaire pour pouvoir être candidat à des contrats mondiaux", a souligné Peter Löscher lors de la conférence de presse.

Selon les termes de l'accord conclu mardi à l'issue de six mois de négociation, Siemens recevra 12,5 millions d'actions Atos, soit 15% du capital, 250 millions d'euros d'obligations convertibles à cinq ans et 186 millions d'euros en numéraire. (voir )

Il deviendra ainsi le deuxième actionnaire du groupe français derrière PAI Partners (25%) et disposera d'un siège au conseil d'administration.

CAPACITÉ D'ACQUISITIONS PRÉSERVÉE

Siemens s'est en outre engagé à rester actionnaire du groupe pendant une période de cinq ans et a signé avec Atos Origin un contrat d'infogérance de 5,5 milliards d'euros sur sept ans.

De l'avis des analystes, le prix payé par Atos est relativement peu élevé, d'autant que Siemens assumera "la quasi-totalité des coûts d'intégration et de restructuration", relèvent les analystes de CM-CIC dans une note, le conglomérat s'étant engagé à financer ces charges à hauteur de 250 millions d'euros.

"Cette acquisition a un réel intérêt stratégique mais comporte les risques classiques liés à une opération de cette taille", précisent les analystes, en évoquant les risques d'intégration, de réorganisation et la capacité d'Atos à relever la marge, aujourd'hui faible, de SIS.

D'ici 2013, Atos, qui a notamment pour concurrent Capgemini, IBM et Accenture, table sur des synergies opérationnelles de 225 millions d'euros et sur un bénéfice par action augmenté de 50% par rapport à celui de 2011.

Lors d'une conférence téléphonique avec des analystes, Thierry Breton, qui a par le passé dirigé France Télécom et occupé la fonction de ministre des Finances, s'est dit "très à l'aise" avec l'estimation des coûts de restructuration et avec la prévision des synergies potentielles qu'il a qualifiée de "réaliste" et "prudente".

Le chiffre d'affaires d'Atos-SIS est estimé entre neuf et 10 milliards d'euros à l'horizon 2013 et sa rentabilité entre 7% à 8%.

L'opération, qui devrait être finalisée au 1er juillet 2011, entraînera 1.750 suppressions de postes chez SIS mais les effectifs d'Atos ne seront pas concernés, a indiqué Thierry Breton, en précisant que le groupe souhaitait recruter entre 6.000 et 7.000 personnes l'an prochain dont 1.600 en France.

Elle n'aura pas d'impact sur la capacité d'acquisitions ou d'endettement du groupe qui compte réduire sa dette à néant d'ici fin 2012.

"On a toujours des projets d'acquisition", a déclaré à Reuters Thierry Breton en marge de la conférence. "Si on a des acquisitions qui font du sens en matière notamment HTTS, dans les paiements, on continuera à les regarder".

Avec Lionel Laurent, Marilyn Gerlach et Benoît Van Overstraeten, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below