Réglement en vue du conflit Vivendi-Deutsche Telekom sur PTC

mercredi 15 décembre 2010 11h32
 

par Leila Abboud et Gwénaelle Barzic

PARIS (Reuters) - Vivendi et Deutsche Telekom sont en passe de régler le différend qui les oppose depuis 11 ans au sujet de PTC, le groupe allemand ayant accepté de verser 1,25 milliard d'euros au français pour qu'il renonce au troisième opérateur mobile polonais.

L'accord, annoncé mercredi matin dans un communiqué, reste conditionné à la réalisation de plusieurs étapes juridiques en Pologne mais il pourrait mettre un terme à un long conflit qui a donné lieu de part et d'autre à une cinquantaine de procédures dans cinq pays différents.

Selon les termes du compromis, qui pourrait être finalisé dans le courant du premier trimestre 2011, Vivendi recevra environ 1,25 milliard d'euros et renoncera à tous ses droits sur les actions PTC.

"Cet accord vise à éteindre l'ensemble des litiges liés à la détention du capital de PTC", a souligné Vivendi dans son communiqué.

En retour, Deutsche Telekom se verra reconnaître la propriété de 100% de l'opérateur mobile, ajoute le groupe français.

"Nous croyons à une fin de ce conflit qui dure depuis longtemps et un remboursement total de sa participation dans PTC devrait être favorable à la perception des investisseurs", note dans une étude UBS, qui préfère néanmoins rester neutre sur Vivendi, estimant que le marché continue d'être plus sensible au rachat des minoritaires de SFR.

Le numéro un européen des médias et du divertissement en termes de capitalisation boursière ne sera donc plus présent en Pologne mais il pourra mettre à profit cette rentrée de fonds pour financer des projets d'acquisition, notamment le rachat des minoritaires de SFR dont il contrôle aujourd'hui 56%.

Deutsche Telekom, de son côté, conforte sa présence sur le marché polonais qu'il considère comme essentiel pour son développement en Europe de l'Est.   Suite...

 
<p>Vivendi et Deutsche Telekom sont en passe de r&eacute;gler le diff&eacute;rend qui les oppose depuis 11 ans au sujet de PTC, le groupe allemand ayant accept&eacute; de verser 1,25 milliard d'euros au fran&ccedil;ais pour qu'il renonce au troisi&egrave;me op&eacute;rateur mobile polonais. /Photos d'archives/REUTERS/Charles Platiau /Ina Fassbender</p>