Atos rachète la division SSII de Siemens

mercredi 15 décembre 2010 07h21
 

par Marilyn Gerlach et Benoît Van Overstraeten

FRANCFORT/PARIS (Reuters) - Atos Origin va racheter la division services informatiques de Siemens pour 850 millions d'euros, ont annoncé mardi les deux groupes, une transaction qui mettra la société française au niveau de son concurrent Capgemini en termes de chiffre d'affaires.

Le conglomérat industriel allemand, qui cherchait depuis longtemps à se défaire de sa filiale déficitaire, prendra 15% du capital d'Atos Origin dans le cadre de la transaction, devenant ainsi le deuxième actionnaire du groupe, derrière PAI Partners (25%).

"C'est une transaction majeure pour nous et pour le segment informatique européen. Et nous construisons un partenariat stratégique de long terme avec Siemens lui-même", a dit à Reuters Gilles Grapinet, directeur général adjoint d'Atos Origin, lors d'un entretien téléphonique.

Le chiffre d'affaires de la nouvelle entité représenterait quelque 8,7 milliards d'euros, un niveau à comparer aux 5,1 milliards de chiffre d'affaires enregistré par Atos Origin en 2009. Cette année-là, Capgemini, l'autre grand acteur français des services informatiques, avait fait état d'un chiffre d'affaires de 8,4 milliards d'euros.

Pour 2013, le chiffre d'affaires d'Atos-SIS est estimé entre neuf et 10 milliards d'euros et la rentabilité entre 7% à 8%.

"NOUS CRÉONS UN CHAMPION EUROPÉEN"

Dans le cadre de l'opération, Siemens recevra quelque 12,5 millions de nouvelles actions Atos Origin. Cet ensemble de titres, d'une valeur de 414 millions d'euros, représente 15% d'Atos, participation que le groupe allemand s'engage à conserver pendant cinq ans.

Siemens recevra également pour 250 millions d'euros d'obligations convertibles à cinq ans et un versement en numéraire de 186 millions d'euros. Siemens a également dit qu'il avait attribué à Atos Origin un contrat d'infogérance de quelque 5,5 milliards d'euros sur sept ans, selon lequel le groupe français sera chargé de la gestion de l'infrastructure informatique mondiale de Siemens.   Suite...