December 10, 2010 / 10:06 AM / in 7 years

Le site de Moneybookers attaqué par des partisans de WikiLeaks

4 MINUTES DE LECTURE

LONDRES (Reuters) - Des internautes s'en prenant à des entreprises perçues comme des ennemies de WikiLeaks ont tenté vendredi de bloquer le site de la compagnie de paiement en ligne Moneybookers mais ont démenti que leur action vise à nuire à l'activité économique.

Certains militants communiquant par internet ont aussi lancé un mot d'ordre d'attaque des sites officiels néerlandais en réaction à l'interpellation, jeudi à La Haye, d'un adolescent de seize ans soupçonné d'implication dans la campagne sur internet.

Plusieurs institutions américaines ont mis fin à leurs services à WikiLeaks après la divulgation par ce dernier de milliers de notes diplomatiques américaines confidentielles.

L'attaque contre Moneybookers a apparemment bloqué le site pendant environ deux minutes, vers 12h35 GMT. Les activistes ont promis de poursuivre leurs attaques et ils ont évoqué le site internet d'Interpol comme cible possible.

Regroupés sous le nom d'"Anonymous", les internautes affirment dans un communiqué qu'ils ne sont pas des pirates mais des "citoyens internautes ordinaires".

"Nous ne voulons pas voler vos données personnelles ou vos numéros de carte de crédit. Nous ne cherchons pas non plus à attaquer les infrastructures vitales d'entreprises telles que Mastercard, Visa, PayPal ou Amazon", dit le communiqué.

"L'objectif d''opération Payback' n'a jamais été de prendre pour cible les infrastructures vitales d'aucune des entreprises ou organisations affectées. Mais en faisant cela, nous visions (...) leur 'vitrine' sur internet".

La société de vente en ligne Amazon a cessé d'héberger la semaine dernière WikiLeaks et elle est brièvement devenue jeudi la cible principale de partisans de WikiLeaks, avant qu'ils admettent s'en prendre à trop fort pour eux, pour le moment.

Dans sa déclaration, Anonymous dit que le manque de puissance n'est pas la seule raison de l'échec de l'attaque d'Amazon. "Attaquer une importante entreprise de vente en ligne alors que les gens achètent des cadeaux pour leurs proches serait de mauvais goût", dit le texte.

WikiLeaks a de son côté assuré ne pas être à l'origine et n'avoir pas été prévenu des attaques informatiques visant les sites internet d'organisations considérées comme ses ennemies.

L'organisation relève par ailleurs que ces attaques de déni de service, consistant à submerger de requêtes simultanées un site internet pour saturer ses serveurs, sont similaires à celles subies par WikiLeaks au début de la publication des câbles diplomatiques.

William MacLean, Clément Guillou et Nicole Dupont pour le service français, édité par Gilles Trequesser

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below