10 décembre 2010 / 09:46 / il y a 7 ans

TDF discute avec des opérateurs pour mutualiser la 4G

par Gwénaelle Barzic et Marie Mawad

PARIS (Reuters) - Une mutualisation des fréquences mobiles 4G de très haut débit entre les opérateurs télécoms sera indispensable, à terme, pour répondre adéquatement à l'explosion du trafic sur les réseaux, a déclaré jeudi Olivier Huart, le PDG de TDF.

Dans un entretien accordé à Reuters, il a ajouté que TDF discutait avec plusieurs opérateurs télécoms en tant que partenaire éventuel pour une mutualisation de ces fréquences, dont la mise aux enchères par l'Etat aura lieu au début de 2011, probablement en quatre blocs de cinq ou dix mégahertz.

"Il est clair aujourd'hui qu'il y aura tôt ou tard mutualisation (...). Pour être au top de l'efficacité, il faut plus que cinq mégahertz. Pour avoir l'équivalent du haut débit fixe, il faut des bandes de fréquence assez larges", a déclaré le dirigeant du spécialiste de la diffusion audiovisuelle et fournisseur d'équipements pour les télécoms.

Sur fond de débat sur les conditions d'attribution de ces fréquences, notamment sur le prix de réserve et les obligations de couverture du territoire, les opérateurs se disent intéressés par la 4G, mais s'interrogent sur la meilleure stratégie à adopter pour éventuellement enchérir.

France Télécom, SFR, Bouygues et Iliad attendent de connaître les conditions de l'appel d'offres pour ces fréquences, qui permettent de transmettre des données plus rapidement sur les réseaux mobiles.

L'un des scénarios possibles verrait plusieurs opérateurs se partager des fréquences après leur attribution.

TDF SE VOIT PARTENAIRE DES OPÉRATEURS

TDF a, de son côté, signalé qu'il souhaiterait être partenaire dans le cadre d'une mutualisation entre opérateurs, mais son PDG n'a pas souhaité préciser les modalités envisagées.

"S'il y a un moyen pour TDF de participer à la mutualisation des ressources, on le fera (...). Aujourd'hui, on discute avec tout le monde", a-t-il expliqué.

Les fréquences 4G devraient être attribuées d'ici l'été en France, a déclaré vendredi dernier à Reuters le ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique Eric Besson.

Interrogé sur un éventuel projet de consortium, Eric Besson a répondu : "Nous on a fait quatre lots, donc il y potentiellement la possibilité pour chaque opérateur d'en obtenir un s'il le désire et si les enchères sont de qualité. Maintenant, on n'a pas interdit à un opérateur de postuler pour plusieurs lots".

TDF réalise aujourd'hui 38% de son activité dans les télécoms, cette branche étant devenue pour la première fois en 2010 la principale contributrice au chiffre d'affaires, devant l'activité historique de diffusion audiovisuelle.

Le groupe vient de lancer un plan d'investissement de deux milliards d'euros sur dix ans pour poursuivre la mutation de l'entreprise, et vise une croissance annuelle de ses ventes de 5% pour au moins les cinq années à venir, en excluant la télévision analogique.

Alors qu'elle représentait entre 30 et 35% du chiffre d'affaires total il y a cinq ans, la télévision analogique contribue aujourd'hui pour moitié moins, et disparaîtra complètement en 2011 avec le passage au tout numérique.

Gwénaëlle Barzic et Marie Mawad, avec Leila Abboud, édité par Matthieu Protard

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below