Des déçus de WikiLeaks vont lancer un site concurrent

vendredi 10 décembre 2010 17h10
 

STOCKHOLM (Reuters) - Un groupe d'anciens collaborateurs de WikiLeaks va lancer la semaine prochaine son propre site, baptisé Openleaks, pour protester contre Julian Assange, fondateur de la plate-forme spécialisée dans la divulgation de documents officiels, rapporte le quotidien suédois Dagens Nyheter.

"Notre objectif à long terme est de bâtir une plate-forme forte et transparente pour soutenir les sources, tant sur le plan technologique que politique, tout en encourageant le lancement de projets similaires", explique l'un des membres du groupe qui a souhaité rester anonyme.

L'article, titré "Un nouveau WikiLeaks, des rebelles contre Assange", est proposé à la fois en suédois et en anglais sur le site du quotidien (www.dn.se), ce qui est inhabituel.

L'un des objectifs à court terme d'Openleaks est de faire en sorte que "l'organisation continue à être dirigée démocratiquement par l'ensemble de ses membres, plutôt que par un groupe ou un individu, poursuit l'interlocuteur du journal, visant vraisemblablement Julian Assange.

L'informaticien australien, écroué mardi à Londres en vertu d'un mandat d'arrêt de la justice suédoise, qui le recherche pour viol, s'est imposé comme l'unique visage de WikiLeaks.

Le Dagens Nyheter dit avoir obtenu des documents qui témoignent d'un mécontentement de ses collaborateurs et qui montrent que des problèmes de connexion rencontrés cette année ont été planifiés pour le pousser à prendre du recul.

Openleaks ne publiera aucun document, mais les communiquera à la presse, à des organisations non gouvernementales et autres syndicats.

"Du fait de notre intention de ne publier aucun document directement et en notre nom, nous pensons pouvoir échapper au pressions politiques dont WikiLeaks fait actuellement l'objet", explique un autre membre fondateur.

Patrick Lannin, Jean-Philippe Lefief pour le service français

 
<p>Capture d'&eacute;cran du site internet WikiLeaks avec une photo de son fondateur Julian Assange. Selon le quotidien su&eacute;dois Dagens Nyheter, un groupe d'anciens collaborateurs de la plate-forme sp&eacute;cialis&eacute;e dans la divulgation de documents officiels va lancer la semaine prochaine son propre site, baptis&eacute; Openleaks, pour protester contre Assange. /Photo prise le 4 d&eacute;cembre 2010/REUTERS/Pascal Lauener</p>