Les enchères pour les réseaux 4G en bonne voie, dit Eric Besson

vendredi 3 décembre 2010 15h56
 

BRUXELLES (Reuters) - Les fréquences de téléphonie mobile de quatrième génération (4G), capables de transmettre à très hauts débits, sont bien parties pour être attribuées d'ici l'été en France après un appel d'offres prévu en janvier ou février, a déclaré vendredi Eric Besson.

Dans un entretien à Reuters, le ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique a précisé que certains éléments clés restaient toutefois à définir sur les conditions dans lesquelles l'Etat vendra ces nouvelles fréquences.

Interrogé sur le prix de réserve, ou prix minimum, prévu pour ces lots de fréquences, le ministre a précisé qu'il n'avait pas encore été décidé, mais il a indiqué que l'Etat misait sur des revenus de l'ordre de deux milliards d'euros.

"On est relativement confiant. C'est une bande de très très grande qualité", a-t-il expliqué.

L'Arcep, le régulateur français des télécoms, a de son côté fait savoir vendredi dans un communiqué qu'il préparait un appel d'offres, après avoir d'ores et déjà autorisé certaines expérimentations de réseaux 4G.

"J'attends formellement la proposition de l'Arcep. J'ai donné les grandes lignes, les critères. J'ai dit qu'il y aurait quatre lots, deux de cinq mégahertz et deux de dix mégahertz. J'ai aussi donné les critères: aménagement du territoire, concurrence et valorisation du patrimoine immatériel de l'Etat", a déclaré Eric Besson.

"Sur cette base, l'Arcep prépare une proposition et on prépare un appel d'offre pour fin janvier ou février", a-t-il ajouté.

Il a précisé que la procédure serait close et les fréquences attribuées avant l'été.

La 4G a pour particularité de transmettre plus rapidement les données envoyées d'un mobile à l'autre, sur fond d'explosion du trafic sur les réseaux télécoms actuels de troisième génération (3G) des opérateurs.   Suite...

 
<p>Selon Eric Besson, ministre de l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie num&eacute;rique, les fr&eacute;quences de t&eacute;l&eacute;phonie mobile de quatri&egrave;me g&eacute;n&eacute;ration (4G), capables de transmettre &agrave; tr&egrave;s hauts d&eacute;bits, sont bien parties pour &ecirc;tre attribu&eacute;es d'ici l'&eacute;t&eacute; en France apr&egrave;s un appel d'offres pr&eacute;vu en janvier ou f&eacute;vrier. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>