Amazon a cessé d'héberger WikiLeaks, mais exclut toute pression

vendredi 3 décembre 2010 08h58
 

NEW YORK (Reuters) - Amazon.com a déclaré jeudi avoir cessé d'héberger le site internet de WikiLeaks, qui a publié plus de 250.000 télégrammes diplomatiques américains depuis dimanche dernier.

Amazon a démenti que sa décision soit la conséquence de pressions d'élus du Congrès américain.

"On a dit que le gouvernement nous avait poussés à ne plus héberger WikiLeaks. C'est inexact", a déclaré Amazon dans un communiqué.

"On a dit aussi que cela était dû à des attaques informatiques massives. Cela aussi est inexact. Il y a bien plus des attaques à grande échelle, mais nous y avons fait face avec succès", a ajouté Amazon.

Amazon explique avoir cessé d'héberger le site internet de WikiLeaks parce qu'il enfreignait les conditions prévues, et non pas du fait d'une enquête menée par la commission sénatoriale de la sécurité intérieure.

Un membre de cette commission, Joe Lieberman, a interrogé Amazon mardi dernier quant à ses rapports avec WikiLeaks et a demandé aux autres entreprises de services informatiques de boycotter WikiLeaks.

Steve James, Eric Faye pour le service français