November 30, 2010 / 10:07 PM / in 7 years

Déconnexion d'un réseau qui serait exploité par WikiLeaks

4 MINUTES DE LECTURE

par Arshad Mohammed et Ross Colvin

WASHINGTON (Reuters) - Le département d'Etat américain a déconnecté un réseau informatique de l'US Army de sa base de données archivant les télégrammes diplomatiques, à la suite des fuites exploitées par le site WikiLeaks.

Un responsable américain qui a requis l'anonymat a précisé mardi que le système concerné était le Secret Internet Protocol Router Network (SIPRNet), qui serait la source des documents confidentiels transmis à WikiLeaks.

SIPRNet permet aux responsables de la sécurité nationale américaine, qui englobe département d'Etat et Pentagone, d'avoir accès aux documents confidentiels, hormis ceux classés "top secret".

La divulgation depuis dimanche de quelque 250.000 messages a entamé la crédibilité du système en place aux Etats-Unis pour préserver la confidentialité des documents et renforce les arguments de ceux qui jugent que les renseignements sont partagés par un trop grand nombre de personnes.

"EMBARRASSANT MAIS GUÈRE DE CONSÉQUENCES", DIT GATES

Le secrétaire à la Défense Robert Gates a cherché mardi à minimiser les conséquences de la diffusion de ces documents provenant de représentations diplomatiques américaines à travers le monde.

"Est-ce que c'est embarrassant ? Oui. Est-ce que c'est fâcheux ? Oui. Quelles conséquences pour la politique étrangère américaine ? Je pense qu'elles seront plutôt modestes", a dit Gates à des journalistes.

"Si des gouvernements traitent avec les Etats-Unis, c'est parce que c'est leur intérêt, pas parce qu'ils nous aiment, pas parce qu'ils nous font confiance, pas parce qu'ils pensent que nous pouvons garder des secrets", a-t-il ajouté.

"Certains gouvernements traitent avec nous parce qu'ils nous craignent, d'autres parce qu'ils nous respectent, la plupart parce qu'ils ont besoin de nous", a-t-il poursuivi.

L'enquête sur les fuites menée par les autorités américaines se concentre sur Bradley Manning.

Ce jeune soldat, ancien analyste de données en Irak, a été arrêté et inculpé en juillet pour s'être illégalement procuré une vidéo de l'armée montrant un raid d'hélicoptère américain en Irak, dans lequel une douzaine de personnes avaient trouvé la mort en 2007, dont deux journalistes de Reuters. L'enregistrement avait été diffusé en avril par WikiLeaks.

Détenu dans la base des "marines" de Quantico, en Virginie, Manning est aussi accusé d'avoir téléchargé des milliers de messages du département d'Etat. Il avait été arrêté au Koweït puis transféré aux Etats-Unis.

Il s'était vanté de ses exploits auprès d'un ancien hacker, Adrian Lamo, qui a prévenu les autorités.

Dans ses conversations par internet avec Lamo, Manning expliquait arriver à son travail muni d'un CD enregistrable avec de la musique "genre Lady Gaga" qu'il effaçait pour télécharger les données contenues dans le SIPRNet.

Avec Phil Stewart, Jean-Stéphane Brosse et Guy Kerivel pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below